Social Icons

twittertwittertwitterfacebookemail

"Suits" Bilan saison 1


Cet été, les américains ont pu découvrir sur la chaine USA Network une nouvelle série intitulée : Suits. 
Sur le papier, c'est une série qui a tout pour plaire : Etant diffusée sur USA Network diffuseur entre autres de "Psych", "Monk", "White Collar"... les téléspectateurs savent à l'avance que ce ne sera pas une série prise de tête mais qui a pour principal objectif de divertir. Les acteurs et actrices sont tous très beaux et bons, les costumes (suits) sont magnifiques et font rêver et le décor (ville de New York) est un choix parfait pour ce genre de série. 
Autant le dire tout de suite, j'ai bien aimé cette série pour notamment la plupart des points cités au-dessus. Mais au lieu de me répéter je vais plutôt faire un petit bilan de ses erreurs et de ses défauts qui je l'espère seront corrigés lors de la deuxième saison puisque bonne nouvelle, la série a été renouvelée

Tout d'abord, de quoi parle la série ?

Elle suit les aventures de Mike Ross, un jeune homme particulièrement intelligent et doté d'une incroyable mémoire photographique. Malheureusement, malgré toutes ses qualités, il ne parviendra jamais à réaliser son rêve d'enfant : Etre avocat. La faute à son passé dans un milieu modeste et à de mauvaises connaissances. Ainsi, pour gagner sa vie, il passe des examens à la place d'autres étudiants.
De son côté, Harvey Specter est l'un des meilleurs avocats de la ville de New York. A tel point d'ailleurs qu'il vient d'être nommé associé au sein du cabinet "Pearson Hardman". Cependant, ce nouveau statut l'oblige à employer un associé. 
Ainsi, c'est lors d'un énorme casting pour trouver ce nouvel associé et par un concours de circonstances que Mike et Harvey se rencontrent. Admiratif des capacités de Mike, Harvey décide de l'engager malgré son manque de diplômes et ils conviennent tous les deux de faire croire qu'il est diplômé d'Harvard.
Mike va donc devoir cacher son secret à ses amis et aux membres du cabinet dont Louis Litt, l'un des rivaux d'Harvey mais néanmoins "ami" et Jessica Pearson, la patronne d'Harvey.


Les épisodes

Comme on peut s'en douter, les épisodes ne sont pas des plus extraordinaires. Ils se suivent toujours avec intérêts mais ne marqueront jamais nos esprits. La faute notamment à un manque d'audaces de la part des créateurs. En effet, bien que les clients du cabinet ne soient pas toujours des anges, Harvey et Mike gagnent toujours leurs affaires et arrivent même à défendre les plus faibles contre leurs propres clients. L'exemple le plus flagrant de ce manque d'audace, est l'affaire de l'épisode final où une erreur d'Harvey aurait très bien pu amener une nouvelle intrigue très intéressante pour la seconde saison.
Du côté des personnages, plus les épisodes passent et plus on se les approprie. Cependant, on n'évite malheureusement pas au fameux "triangle" amoureux qui nous fait parfois de la peine, tellement il donne l'impression de ne pas savoir dans quelle direction aller. 
Autre point négatif : Le pilot. D'une durée d'1h30, c'est long, TRES long quand celui-ci aurait très bien pu s'arrêter au bout d'1h. L'intrigue était déjà placée et ça nous aurait évité de revivre trois fois la même scène : La boite de pizza dans le four.

Le "pouvoir" de Mike

Lorsque j'ai découvert sa capacité à tout retenir photographiquement je me suis tout de suite dit ça : "Oh ba génial, c'est du "Psych" avec l'humour et les références geeks en moins". A ce stade je n'avais pas tellement tort. Sauf qu'étrangement et finalement malheureusement, la tendance s'est inversée. Comme toutes bonnes séries de "USA Network" l'humour est bien présent et on s'étonne de voir les personnages parler de star wars, citer "Top Gun"...
Cependant, énorme interrogation : Où est passé le "pouvoir" de Mike ? C'était sur le papier l'un des atouts, bien que peu original, de la série. Or, il n'est quasiment jamais utilisé. Enfin si, brièvement pour des choses sans réelle importance. On a surtout l'impression qu'il est parfois utilisé pour une affaire de quotas, parce que justement la série a été vendue avec cet atout... Et c'est vraiment dommage, car si faire une copie de "Psych" n'était bien évidemment pas nécessaire, c'est frustrant de voir qu'au final l'un des points fort de la série n'est pas plus mis en avant.
Et son secret ? Vous allez me dire. Et bien j'y viens justement.

Le secret de Mike

Avec la mémoire photographique de Mike, c'était l'autre bonne idée de la série : Le mensonge de Mike et Harvey concernant son diplôme d'Harvard. 
Et si au début on ressent un tout petit peu de tension quant à la possible découverte de celui-ci, on comprend finalement assez rapidement qu'il n'y aura aucun problème de ce côté-là durant la saison. Pire encore, 4 nouvelles personnes sont tour à tour misent au courant, enlevant ainsi de plus en plus de tension et suspense. Et s'il reste évidemment la patronne, Louis, les collègues de Mike et les clients de la firme à ne pas être au courant on voit finalement très mal où cela va nous emmener.
En effet, si les clients ou victimes du cabinet l'apprennent, ils vont se rebeller et vouloir faire annuler toutes les affaires. Résultat : Mike/Harvey sont virés, risquent d'être jugés et donc plus de série. Ou alors on va se la jouer façon "Prison Break" mais dans un tribunal.
Si Louis l'apprend, il voudra surement faire chanter Harvey, mais ça n'aboutira pas pour la même raison cité au dessus. Idem pour les collègues et la Patronne.
Donc vous l'aurez compris, le twist final ne m'a pas du tout impressionné tellement il était prévisible et peu convaincant. 


Au final, "Suits" est une série estivale très sympa, j'insiste bien sur le terme "estivale" car on est bizarrement moins exigeant sur celles-ci, et dans ce cadre-là, elle remplit parfaitement sa mission. Cependant, les créateurs ont intérêt à énormément travailler sur la deuxième saison s'ils veulent garder leurs fans et espérer une saison 3. Car en l'espace de 12 épisodes ils ont presque réussit à enterrer leurs deux atouts : Le "pouvoir" et le secret de Mike. 
Heureusement, les acteurs sont vraiment bons, avec une mention spéciale pour Gabriel Macht alias Harvey qui est formidable dans son rôle. 
La série à les bases pour revenir plus forte lors de la deuxième saison qu'elle n'est parti en fin de saison 1. Donc je fais confiance aux créateurs. Il y a d'ailleurs beaucoup de matières à travailler dont les passés des personnages et leurs nouvelles interactions. En espérant seulement qu'on évite les clichés du genre et que les bases justement, soient de nouveaux au centre de la série, au risque de devenir une série banale qui n'a donc plus d'intérêt à exister.

Ma note : 7/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Avant de zapper, n'hésite pas à commenter !

 

Retrouvez la chronique sur

youtubedailymotionwat

Le paradis des produits dérivés