Social Icons

twittertwittertwitterfacebookemail

Est-il encore possible d'aimer les séries tv ?


Lors d'un précédent article, je comparais le visionnage d'une série tv à une histoire d'amour. Parfois, une série ne dépassera pas le stade de la simple amitié ponctuelle et vous ne la regarderez que pour combler un trou dans votre emploi du temps. Une autre aura le rôle d'une vraie amitié, vous suivrez ses aventures avec toujours autant de plaisir et ce, malgré ses défauts. Une autre encore aura le terrible rôle d'un amour déçu, celui qui vous faisait rêver autrefois et qui a pris une tournure qui ne vous satisfait pas - en voulant plaire au grand public elle a perdu de son charme. Et enfin il y a le grand amour "celui qui rime avec toujours". A elle aussi vous lui pardonnez ses quelques défauts et vous en êtes complètement accroc. Au point de ne plus pouvoir compter le nombre de nuits blanches passées en sa compagnie.

C'est beau non ? On rêve tous un jour de pouvoir vivre une telle histoire. Et si pourtant, tout ceci était terminé ?!

En effet, depuis des années notre coeur sériphilique n'a eu de cesse de souffrir. Parfois à cause des séries, parfois par la faute des chaines tv ou tout simplement à cause de nous, notre relation envers les séries ressemble fortement au fameux "Je t'aime, moi non plus".
Comme je le disais, ce naufrage sentimentale ne date pas d'hier et on peut facilement décomposer l'iceberg coupable d'un tel gâchis en plusieurs parties.

1) Les nouveautés : A peine nées, déjà condamnées.

Chaque année ce sont plus d'une vingtaine de nouvelles séries qui débarquent sur nos écrans de télévision, rien qu'aux Etats-Unis. Pourtant, au lieu de ressentir l'excitation de la nouveauté et de la découverte, c'est de la méfiance et de la distance que l'on ressent vis-à-vis d'elles. Et pour cause, 1/4 de ces séries ne dépasseront pas le stade des 4-5 épisodes, 2/4 seront annulées dès la fin de la saison et si le dernier quart a la chance de se voir bénéficier d'une deuxième saison, elles seront toujours en ballotage défavorable.

Ainsi, on peut légitimement se poser une question : A quoi pensent les chaines lors des lancements de ces séries ?

En effet, alors que notre emploi du temps est déjà bien chargé avec nos séries habituelles, comment peuvent-elles imaginer que l'on osera tenter l'aventure avec toutes ses petites nouvelles ? On sait par avance qu'on nous les arrachera sans jamais nous laisser réellement le temps d'apprendre à les connaitre et ce, à la moindre petite insatisfaction. Personne n'aime les séparations, alors pourquoi nous nous y risquerions ?! Il n'y a pas d'intérêt et les téléspectateurs l'ont bien compris, donnant ainsi lieu à un cercle vicieux : Ne voulant pas perdre de temps, ils décideront pour la plupart d'attendre la fin de la saison afin de connaitre le sort de ces nouveautés et les avis des critiques. De cette façon, les audiences seront forcément décevantes et les chaines les annuleront ne voulant pas perdre d'argent.

Et le problème, c'est que ces nouveautés entrainent par un effet de dominos tout un tas d'autres catastrophe sentimentales.

2) Les annulations

Le calcul est simple, depuis l'instauration du calendrier il n'y a pas eu de nouvelles plages horaires. Les journées font toujours 24h tout comme les semaines sont de 7 jours.
Par contre, si de nouvelles séries font leurs apparitions chaque année il va forcément y avoir un problème. Et c'est là que le drame intervient. Pour qu'il y ait de la place pour ces nouvelles séries, il faut faire le ménage parmi les anciennes. Et même s'il arrive que 2-3 séries prennent leurs retraites d'elles-même, cela se traduit malheureusement pour nous "simple spectateur" par l'annulation de séries en cours.
Ainsi, il n'est malheureusement pas rare de voir une série se terminer sans avoir eu la possibilité de se voir offrir une vraie fin, soit par la faute d'un cliffhanger soit par une résolution trop rapide des intrigues en cours, pour essayer de satisfaire un maximum le public.
Et ces annulations de la sorte, sont probablement la pire trahison qu'une chaine puisse faire auprès des fans, après tant d'investissement de temps et d'argents de leur part.
La liste de ces séries en question est d'ailleurs terriblement longue : Pushing Daisie, Dead Like Me, My Name Is Earl, Firefly, Veronica Mars...

Par conséquent le schéma est simple : Les nouveautés arrivent -> On fait de la place pour les accueillir en supprimant d'autres séries déjà en place -> Les nouveautés ne trouvent par leurs publics -> Elles sont annulées -> Un sentiment de gâchis intervient de 2 façons : Les fans des séries sacrifiées ragent en voyant qu'ils se sont fait "voler" pour rien, et les fans des nouveautés déjà annulées ne voudront pas forcément revivre ça avec une autre nouveauté, fragilisant ainsi la survie des séries futures.

Et ces doubles annulations ont alors un effet ricochet à la résonance inattendue.

3) Les séries "immortelles"

Face à ces cuisant échecs, les chaines ne voudront pas perdre plus d'argent et regarderont alors quelles séries rayonnent dans leurs grilles. C'est alors que l'on fait face à une situation allant à l'encontre du raisonnement cité ci-dessus.
En effet, si une série est un succès d'audience mais surtout de rentrée d'argent, la chaine décidera de la prolonger. Une telle nouvelle devrait donc ravir les fans de séries. Pourtant ce n'est pas toujours le cas et à juste titre. Car lors de ces renouvellement, les chaines tv ne chercheront pas forcément à savoir si cela conviendra à l'histoire et à la structure de la série et ce, qu'elle vienne d'un network ou du câble.
Et si les Sitcoms ont la particularité de s'adapter plus facilement au temps qui passe ainsi que les Copshow qui utilisent très souvent les stand-alone, ce n'est pas le cas pour les Dramas. Celles-ci, souvent plus complexes, plus étoffées, plus recherchées... développent très rapidement un arc narratif puissant afin de plonger directement le spectateur dans le vif du sujet. Et plus le temps passe et plus celle-ci tend à s'estomper. Il n'y a qu'à regarder comment Prison Break n'est devenue qu'une pâle copie de ce qu'elle prétendait dès la 1ère saison, comment Dexter est passé d'une série stressante et addictive à une série suivant une routine au combien connue, tout comme "24 heures chrono" en son temps. Ajoutez à cela une petite pression des dirigeants pour rendre la série un peu plus accessible au grand public et c'est la catastrophe...
Et si voir sa série annulée est la pire chose pour un fan, la voir mourir à petit feu n'est pas mieux non plus.

On peut alors penser que le public devient peut-être de plus en plus exigeant, parfois trop, oubliant au passage qu'une série n'est qu'un divertissement. Finalement si nos histoires d'amour finissent mal avec elles, c'est surement de notre faute.
Je ne peux qu'acquiescer, même si je rajouterais que nos ambitions sont toujours là dans l'optique d'améliorer nos séries et que nous ne prenons pas de plaisir à les critiquer.
Mais peut-on en dire autant des chaines ? Pour y répondre, voici une citation de Tim Kring (créateur de Heroes) lors du documentaire "Series Addicts" sur Canal+ :
"Je me souviens d'un rendez-vous au début de ma carrière avec une chaine. Un des responsable parlait tout le temps de "Modules de divertissement". [...] J'ai demandé "Pardon, mais c'est quoi un module de divertissement ?" il m'a répondu "Oh c'est la partie entre les publicités". Ce jour-là, j'ai compris que je fabriquais des modules de divertissement pour une chaine. Je n'étais pas considéré comme un créateur, j'étais juste là pour remplir l'espace vide entre la pub pour le savon et celle pour la voiture".

Ce n'est pas nouveau on sait très bien que les chaines ne sont pas là pour nous faire plaisir mais pour gagner de l'argent. Mais on se rend alors compte d'une chose terrible, c'est qu'elles ont un énorme pouvoir et une mauvaise vision.
"- Une série ne marche pas ? Tant pis on la jette à la poubelle on en mettra une autre à la place ! Oh elle fonctionne très bien en vidéo de rattrapage ? Ça ne sert à rien, c'est la télé qui compte."

Et c'est là qu'il y a de quoi être pessimiste. Ces patrons tout puissant, jugent sans savoir analyser et trouver des solutions efficaces pour établir un nouveau modèle économique, afin d'éviter des nouveaux dommages collatéraux. Ils jugent plus simple d'annuler et remplacer plutôt que de chercher des solutions, alors que je ne pense pas que ce soit moins coûteux pour eux.

Les séries sont là pour nous divertir et nous procurer une dose de plaisir, de frissons, d'excitations plus ou moins intenses. Pourtant, lorsque l'on fait attention à tous ces points cités au-dessus, un étrange sentiment se détache.
Imaginez que l'on annonce à un sportif dès le début de sa saison, à quelle place il terminera à la fin de l'année. Le plaisir de la pratique sera tout le temps là, mais l'intérêt diminuera grandement.
Et c'est pareil pour une série. On prendra toujours du plaisir à la suivre, mais savoir qu'elle risque de mal terminer pour différentes raisons nous enlève une partie de l'intérêt. A quoi bon s'embarquer sentimentalement dans une nouvelle relation lorsque nous n'avons pas les cartes en mains ?
La routine, l'habitude et l'acceptation ont-elles réellement pris le dessus sur le plaisir et l'amour ? Est-il vraiment encore possible d'aimer sincèrement les séries ?

Sérieusement ? Vous me laisseriez dire ça ? Cela tendrait à dire "Y a-t-il encore un intérêt à l'amour ?" Bien sûr que OUI. Oui il est encore et toujours possible d'aimer les séries. Tout d'abord parce qu'un coup de foudre ne se contrôle pas et qu'ensuite rien n'est une fatalité.
Comme je le disais, aimer une série c'est comme aimer une personne. Lorsque votre histoire va mal il ne tient qu'à vous de réagir afin de sauver votre couple, votre amitié. Et si rien n'est facile en amour, il faut savoir redoubler d'efforts pour réussir. Il est vrai que les gagnants seront toujours les chaine & cie, que ça ne peut malheureusement pas fonctionner à chaque fois, qu'il y aura surement des sacrifices demandés, mais on a rien sans rien.
Il ne faut pas oublier une chose, c'est que si les chaines sont là c'est grâce à nous. Et même si ce n'est pas forcément évident, on a toujours notre mot à dire. Ainsi, des séries comme "Le Prince de Bel-Air", "Chuck", "Arrested Development", peut-être bientôt "Community"... se sont vues renouveler grâce au soutien sans failles des fans.
D'autres séries comme "Jericho", "Firefly" ou bientôt "24 heures chrono" se sont vues adapter soit en BD/Comics, soit en films afin d'offrir une fin convenable à la série.
Une série comme "Breaking Bad" qui enchainent les bons scores, les critiques élogieuses et les récompenses, s'est vu autoriser à se terminer à la fin de sa 5ème saison dans le but de conclure dignement la série sans risquer de perdre en qualité en continuant une ou deux années supplémentaires.
Enfin, on commence à apercevoir la monter en puissance d'internet. Si malheureusement les scores des séries en rattrapages ne changent rien à l'heure actuelle lors de la survis d'une série, c'est une plateforme de vidéos en ligne qui fait parler d'elle en ce moment et qui redonne de l'espoir. Netflix vient en effet d'annoncer le rachat d'une nouvelle saison de la série "Arrested Development" arrêtée en 2006 et la production de 2 autres séries inédites. Et nuls doutes qu'avec un tel concurrent, les chaines tv vont enfin faire plus attention à ce qu'ils ignoraient depuis tout ce temps.

Et c'est ce genre de décisions, de gestes et d'actions qui doivent nous pousser à croire en nos séries.

Est-il encore possible d'aimer les séries ? 
Est-il encore possible de poser des questions aussi idiotes ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Avant de zapper, n'hésite pas à commenter !

 

Retrouvez la chronique sur

youtubedailymotionwat

Le paradis des produits dérivés