Social Icons

twittertwittertwitterfacebookemail

Anger Management : Le retour vieillissant mais réussi de Charlie Sheen


7 mars 2011 : Charlie Sheen est viré de la série à succès "Mon Oncle Charlie". L'acteur qui était jusque-là le mieux payé de la télévision avec près de 125 000$ par épisode, enchaîne les incidents que ce soit par insultes, problèmes de drogues/alcool, un one-man show désastreux, un état de santé physique et mental déclinant... Quasiment tout le monde l'annonce alors comme terminé, has-been.
C'était mal connaitre Charlie puisque le voilà déjà de retour dans une nouvelle série intitulée "Anger Management" qui finalement lui colle plutôt bien.

En effet, la série suit les aventures de Charlie (le personnage - qui effectivement porte une nouvelle fois le nom de Charlie Sheen après Spin City et Mon Oncle Charlie) un ancien joueur de baseball colérique reconvertit... en thérapeute contre la colère. Un joli pied de nez à la réalité en somme. Mais au fait, que vaut vraiment la série ?

Finalement la réponse est dans le titre de l'article. Car si effectivement Charlie Sheen prend un sacré coup de vieux avec cette nouvelle série, elle n'en reste pas moins sympathique remplissant parfaitement son cahier des charges.

Un retour vieillissant...

Attention, fans de sitcoms telles que Community, Scrubs, HIMYM, Parks & Recreation, Arrested Development... faites demi-tour ou préparez-vous psychologiquement avant de regarder cette série.
En effet, place ici au bon vieux genre de sitcom classique ne laissant aucune place aux innovations, à la créativité et la prise de risque. Vous allez me dire : Oui mais c'était déjà comme ça avec "Mon Oncle Charlie" ! Et si c'est en effet le cas, il faut aussi rappeler que la série date de 2003 et qu'on s'y était largement habitué. Or, en suivant cette nouvelle sitcom on se remémore malheureusement pourquoi ce type de série est si daté :  Rires enregistrés omniprésents, 3-4 pièces principales (salon - cuisine - chambre + cabinet de psy), des personnages secondaires principalement là pour apporter de la vie à l'épisode, des intrigues banales, tout tourne autour de Charlie, très faible chance d'évolution... Ainsi tout y passe et rien ne nous est malheureusement épargné. Car alors que les sitcoms deviennent de plus en plus exigeantes, on aurait aimé voir ce retour s'effectuer dans une série du même style. Ici on a plutôt l'impression de regarder un épisode comme on mange de la Junk-food : On sait que c'est pas terrible, on regarde parce qu'on aime quand même et une fois terminé on passe à autre chose l'oubliant jusqu'au suivant. Pour un retour si important, on espérait un peu mieux qu'une vieille recette.

Ce qui nous donne aussi cette impression de coup de vieux c'est le nouveau rôle de Charlie. Car s'il a bien gardé ce petit côté "Je drague et couche avec à peu près tout ce qui bouge" de la série "Mon Oncle Charlie", on le retrouve ici dans un rôle comparable à un Alan 2.0 ! En effet, terminé la vie de solitaire il se retrouve ici en homme divorcé et père de famille. Toutefois, si sa relation avec son ex-femme n'est pas aussi tendue que celle d'Alan dans "MOC", on ne peut s'empêcher de faire le rapprochement. Et oui, l'inévitable nous a ouvert les yeux : Charlie a vieilli et n'est (presque) plus celui que l'on a côtoyé durant presque 10ans. Et si ce changement est tout de même agréable, c'est avec difficulté que l'on tourne la page lors du premier épisode.
A noter que je ne parle même pas de ses traits tirés et de ce corps un petit peu laissé à l'abandon qui ne nous aide pas vraiment à accepter cette nouvelle situation.

... Mais réussi.

Cependant comme je l'ai dit, une fois le choc de la vieillesse passé la série s'en tire plutôt bien. Car si elle reste classique dans la forme, elle le fait correctement. Ainsi, on a le droit à des personnages secondaires intéressants (Le groupe de soutien trouve parfaitement sa place et personne n'est mis à l'écart, l'ex-femme de Charlie apporte plus qu'on ne l'aurait imaginé) ainsi qu'à des acteurs parfaits dans leurs rôles que ce soit la magnifique Selma Blair ou le très drôle Michael Boatman (Carter de Spin City) qui mériterait même d'avoir un rôle plus conséquent. Du côté des histoires, aussi simplistes soient-elles elles n'en restent pas moins intéressantes et les répliques sont vraiment drôles, notamment lorsqu'il s'agit de piques envers "Mon Oncle Charlie" (cf : la première punchline du pilot, le tacle sur les chemises, la maison sur la plage...)

Du côté de Charlie, si son rôle n'est pas aussi drôle que dans MOC il en ressort plus attachant et intéressant. Il est aussi agréable de voir qu'il semble avoir repris des forces et qu'il nous fait toujours rire malgré les polémiques passées. Au fil des épisodes Charlie arrive enfin à nous faire accepter cette brusque évolution, en nous faisant comprendre que même si Anger Management est une série simpliste, son personnage a plus de possibilité et carte à jouer que ne l'avait son ancien  ! 

Au final, Anger Management plaira principalement aux fans de Charlie Sheen et aux vieilles sitcoms, les autres pouvant passer leur chemin sans avoir peur de louper quelque chose. Toutefois si jamais votre emploi du temps vous le permet, n'hésitez pas à y jeter un coup d'oeil. La série n'est pas inoubliable mais elle remplit son rôle et c'est finalement tout ce qu'on lui demande. Par contre grande déception : On n'a pas le droit à un générique, et je déteste les séries sans génériques !

Ma note : 6/10

2 commentaires:

  1. Merci pour la revue du coup je passe mon chemin :/

    RépondreSupprimer
  2. J'ai hésité à me lancer dans cette série, mais après cet article j'ai bien envie de tenter le coup :).

    RépondreSupprimer

Avant de zapper, n'hésite pas à commenter !

 

Retrouvez la chronique sur

youtubedailymotionwat

Le paradis des produits dérivés