Social Icons

twittertwittertwitterfacebookemail

Fringe saison 5 : un final incroyable dédié aux fans ! [CRITIQUE]


C'est avec ses deux épisodes intitulés Liberty et An enemy of fate, que Fringe s'en est allé au terme de sa saison 5, tournant une très belle page de la télévision. Et si après le décevant final de Chuck j'avais peur de revivre la même chose ici, la série a su me prouver que j'avais tort de m'inquiéter. Elle nous a offert un final conçu pour les fans et riche en émotion, accompagné pour notre plus grand bonheur de réponses, de clins d'oeil et d'action, renforçant encore un peu plus sa mythologie.


Révélations sur les observateurs
Si on savait que 12 Observers avaient été envoyés à notre époque afin de nous observer et analyser, on a appris que ces derniers ne savaient absolument pas les raisons de leur mission. Et c'est peut-être ça qui aura donné un énorme avantage à notre humanité. Comme le révèle le terrible Windmark, tous ont été touchés par nos émotions, que ce soit de l'amour ou de la haine, mais personne n'a jamais rien dit. La preuve, Windmark en a  même honte. Cela fait alors un très bon parallèle avec l'histoire de Michael et de sa fameuse "anomalie" censée nous sauver et faire tomber ces Observateurs. Une belle conclusion à cette intrigue, qui boucle la boucle de façon intelligente.


Le grand "Retour" d'Olivia
Si j'ai adoré cette saison 5, je ne peux m'empêcher de regretter le traitement infligé à Olivia. Durant quasiment toute la saison, on a eu l'impression qu'elle ne servait à rien. Difficilement ému par son drame, difficilement utile envers Peter, on a clairement perdu la blonde des débuts. Heureusement, les scénaristes se sont très bien rattrapés ici à coup de Cortexophane. Grâce à cela, on retrouve non seulement le fameux monde alternatif, mais surtout, ce sont deux personnages adorés des fans qui refont surface, à savoir Lee et FauxLivia. Et si ces retrouvailles sont finalement très courtes, toute la séquence qui s'en suit est époustouflante.  A la fois stressante et intense, celle-ci nous plonge en apnée en suivant Olivia mener à bien sa mission. Une direction parfaite qui n'est pourtant pas le meilleur passage.

En effet, si ce voyage dans l'autre monde est génial, ce sont surtout les effets qu'il a sur Olivia qui nous excitent. Grâce au Cortexophane qu'elle s'est fait injecter (très belle scènes d'ailleurs), le personnage d'Anna Torv retrouve ses pouvoirs dont il était question lors des saisons précédentes. Et si là aussi la séquence finale est bien trop rapide, c'est absolument jouissif de la voir les utiliser contre Windmark. C'est fun, génial, jubilatoire... bref : une réussite !


Un épisode conçu pour les fans
Comme je l'annonçais dans le titre, si ce final est aussi incroyable, c'est qu'on sait qu'il a été fait pour les fans. Malgré la contrainte de temps, d'épisodes ou d'intrigues, les scénaristes ont réussi à faire ce que tout le monde espérait : rendre un hommage à la série. On retrouve ainsi énormément d’éléments cultes de Fringe, que ce soit la fenêtre de Walter, un nouveau surnom pour Astrid, le "retour" de Gene la vache, la tulipe, les lumières rouge/vert... 
Mais le plus génial se déroule ensuite lors de la scène d'invasion avec Peter et Olivia. Ces derniers décident d'utiliser les pires expériences croisées lors des saisons précédentes, afin d'éliminer leurs ennemis qu'ils soient des Observers ou Royalistes ! A chaque cadavre une nouvelle trouvaille, qui pour la première fois ne nous font pas peur mais au contraire, nous permettent de jubiler face à leurs conséquences. Et bien évidemment, c'est encore Walter qui se détache le plus avec cette utilisation, en offrant à Peter des balles faisant flotter les corps. Pour quelle raison ? "Parce que c'est cool" d'après le scientifique, et quand on voit le résultat on ne peut qu'être d'accord avec lui.


Des adieux émouvants
Et comme on s'en doutait depuis le début de la série, c'est justement Walter qui nous a la plus ému dans ce final. Si je ne comprends toujours pas comment John Noble peut être à ce point snobé aux Emmy Awards ou Golden Globes pour son rôle, il nous livre une nouvelle fois une interprétation d'une justesse inouïe. Dans le but de se faire pardonner de tout ce qu'il a pu créer par le passé et afin de partir en paix, Walter nous offre des séquences magnifiques. Celles entre lui et Peter avec la cassette est extrêmement touchante, pudique et juste, de même pour celle avec Astrid. A la fois superbes, difficiles et intenses, ces scènes sont d'ailleurs intelligemment disposées. Au lieu de tout nous mettre à la fin et de ne pas pouvoir en profiter, elles sont placées en milieu d'épisode, comme pour nous faire comprendre qu'il n'y a pas d'adieu, juste des au revoir. Car malgré le petit twist d'espoir et le "I Love You Dad" silencieux de Peter, on ne le quitte pas en pleurant mais avec le sourire. On sait que les personnages de Fringe sont capables de tout et ce n'est pas la conclusion qui viendra nous faire changer d'avis.


Une happy ending
Si on pensait assister à une fin triste, c'est tout le contraire qui se produit. Une excellente nouvelle et surprise, dont ne souffre aucunement le final. Non, Walter ne meurt pas, il s'en va juste dans une époque futuriste afin d'aider Michael à retrouver les scientifiques et changer le futur. Devenus des paradoxes, leurs absences rendent ainsi possible le reset prévu depuis le début. Et la bonne idée, c'est évidemment de n'agir que sur cette saison 5, laissant les 4 autres années intactes de tous leurs souvenirs.

Si certaines personnes pourront probablement regretter le fait que cette fin paraissait trop évidente, pointeront le manque d'information/résultat sur le plan avec de nombreuses autres questions toujours laissées sans réponses... elle apparaît pourtant comme logique. Le plan n'a jamais été conçu pour éliminer les Observateurs mais bien pour les modifier afin d'éviter leur invasion. Grâce au départ de Walter, ces derniers possèdent désormais des émotions les empêchant de venir nous envahir. Par conséquent, September est toujours vivant ce qui lui permet de sauver Peter et son père dans le lac gelé. Il s'agit bien d'un mini-reset ciblé, faisant simplement "oublier" cette dernière saison.

Et si je mets des guillemets autour d'oublier, c'est parce que le visage d'Olivia à la fin nous fait comprendre qu'elle semble posséder encore quelques souvenirs. Alors qu'Etta vient rejoindre ses parents, Olivia parait inquiète, comme si elle se rappelait à quel moment précis les Observers étaient censés arriver. Au final, on constate que tout a bien été réparé, Olivia nous offre enfin un joli sourire et une nouvelle boucle se ferme avec la fameuse tulipe.

Certains le considéreront comme "trop simple", pour ma part je suis très heureux de ce final. Il a su nous surprendre et nous émouvoir une nouvelle fois, tout en faisant plaisir à notre coeur de fan. Avec une telle fin, je n'ai qu'une chose à ajouter : vivement que la saison 6 arrive !

3 commentaires:

  1. Euh pourquoi vivement la saison 6? Ca été confirmé il yaura pas de saison 6, la est la dernière :/

    RépondreSupprimer
  2. Mouai.. pour ma part il était clair dans la bouche de "Donald / Septembre" que les observateurs ne seraient JAMAIS créer, donc qu'il ne viendrait JAMAIS dans l'univers de Fringe, et bien entendu si c'est le cas le début de la série n'est pas viable.

    Je trouve étrange que le reset ne ce passe au final que sur la saison 5, car si réellement les observateurs sont crées mais avec des émotions comme c'est suggérer dans ce commentaire, pour quelles raisons Septembre serait venu observer et sauver Peter (puisqu'on sait qu'il vient en fait pour préparer une invasion, même s'il n'est pas au courant).

    Un final bien étrange et presque trop facile à mon gout malgré une série dont j'avais du mal a décrocher pour en connaitre ces mystères.

    RépondreSupprimer
  3. Grande déception de dire adieu à la Fringe Division et ses inoubliables agents. Je ne fais que regarder la serie en boucle car il n'y aucun moyen pour moi de lui dire au revoir. Des questions qui reste sans réponses et c'est regrettable. Mais je me souviens d'une phrase que Olivia à dit à Lincoln dans ses début à la section "certaines réponses soulève encore plus de questions". Malgré cette phrase il est dur de se séparer d'Olivia et de Walter qui est partis dans le futur.
    Cette série restera dans mon coeur et c'est vraiment dommage de couper une série qui faisait tant de succès.

    RépondreSupprimer

Avant de zapper, n'hésite pas à commenter !

 

Retrouvez la chronique sur

youtubedailymotionwat

Le paradis des produits dérivés