Social Icons

twittertwittertwitterfacebookemail

Brooklyn Nine-Nine vs Dads : le match des nouveautés (Critique)


C'est cette semaine que la FOX a diffusé les pilotes de ses deux nouvelles comédies : Dads et Brooklyn Nine-Nine. Respectivement portés par Seth Green et Andy Samberg, ces deux shows avaient (sur le papier) de quoi nous promettre de nombreuses semaines de rire. Le résultat est-il à la hauteur de nos attentes ? Petit match...

Round 1 : Le casting

Chez Dads on a le droit au génial Seth Green (Buffy) et à Giovanni Ribisi (Friends), nous offrant un duo de potes geeks plutôt crédible. Et si les deux "papa" ne sont pas (pour le moment) enthousiasmants, la magnifique Brenda Song vient rapidement réparer cette erreur. Malheureusement leurs personnages ne sont que des clichés ambulants nous empêchant de les apprécier, et malgré le talent certain des comédiens, l'alchimie entre eux n'est pas toujours évidente.

Du côté de Brooklyn Nine-Nine c'est totalement différent. Portée par des pros de la comédie et de l'autodérision comme Andy Samberg (SNL, Lonely Island), Terry Crews (Crazy Old Spice) ou encore Joe Lo Truglio (The State, SuperGrave), la série nous présente aussi l'excellente Chelsea Peretti (Louie) et la magnifique Melissa Fumero, le tout encadré par le grand Andre Braugher (Homicide: Life on the Street). Et comme vous pouvez vous en douter, leurs personnages sont à la hauteur de leurs talents. La "faute" aux créateurs Dan Goor et Michael Schur déjà derrière Parks and Recreation, qui comme pour la série de Leslie Knope, nous dévoilent une galerie de personnages aussi riches et variés que décalés. Et la bonne nouvelle, c'est que certains ont quelques similitudes avec ceux de P&R.

Gagnant : Brooklyn Nine-Nine


Round 2 : L'univers

Sur le papier, c'est Dads qui l'emporte haut la main. Pourquoi ? Parce que même si Brooklyn Nine-Nine est une comédie, celle-ci prend place dans un milieu qui n'a rien d'inédit et original : le monde policier. Du côté de la série produite par Seth MacFarlane, on a au contraire le droit à un monde surfant sur la mode du geek, tout en s'intéressant à un univers peu exploité : les jeux vidéo.

Problème, Dads se contente d'être une sitcom à l'ancienne avec tous ses défauts, allant des réactions enregistrées du public jusqu'aux acteurs qui surjouent de trop, sans oublier les décors qui sonnent faux. Pendant ce temps, Brooklyn Nine-Nine préfère nous offrir une bouffée d'air frais optant pour le côté "Single Camera" très en vogue actuellement. De plus, comme savait si bien le faire Death Valley, le monde policier est caricaturé et parodié laissant le champs libre à des situations déjantées lors de moments censés être sérieux. Un décalage qui - même s'il n'est pas trop mis en avant dans le pilote - reste très prometteur pour la suite. Une sorte de dramédie qui oublie le drame. Un concept original.

Gagnant : Brooklyn Nine-Nine


Round 3 : La comédie

A moins d'être un énorme fan des vieilles sitcoms, il sera extrêmement difficile de rire et même sourire devant Dads. La faute à tous les défauts précédemment cités qui s'accumulent au fil des minutes. C'est lourd, cliché et de nombreux moments nous mettent mal à l'aise pour les acteurs. Rien que la scène de mime avec Seth Green résume parfaitement le loupé de cette série. Celle-ci est vide, longue et surtout ne possède aucune chute. Et quand on entend les rires enregistrés à côté, on se demande si ce n'est pas le public qui est mieux payé que les acteurs...

Pour Brooklyn Nine-Nine, si le pilote n'est pas hilarant il reste extrêmement fun. On comprend facilement que les créateurs préfèrent faire les présentations d'un coup, avant de réellement se lâcher lors des prochains épisodes. Et si cela coupe parfois certaines blagues, alourdissant les situations, ça reste toujours très agréable et amusant. On n'est jamais dans l'excès malgré les perches tendues, les scénaristes sachant parfaitement quand s'arrêter avant d'en faire trop. Point positif, même si j'en suis personnellement fan ce n'est pas un "Andy Samberg's Show, tous les autres personnages trouvant parfaitement leur place autour. Cela développe ainsi différentes situations comiques avec différents types d'humour, permettant aux téléspectateurs de rapidement s'identifier à quelqu'un. En espérant tout de même que Terry Crews soit plus mis en avant dans le futur.

Gagnant : Brooklyn Nine-Nine


Round 4 : Les promesses

L'avantage de Dads, c'est qu'il lui sera difficilement possible de faire pire que ce pilote. C'est d'ailleurs un problème, puisque cela peut presque nous donner envie de lui laisser une seconde chance au risque de le regretter. Cependant, on n'imagine pas les créateurs changer tout ce qui fait sa déception ici et même s'ils lèvent le pied sur le mode "sitcom à l'ancienne" afin de se rapprocher d'un Mon Oncle Charlie ou The Big Bang Theory, cela risque malheureusement d'être peu suffisant. Et non, les seins de Brenda Song n'y changeront rien...

L'avantage de Brooklyn Nine-Nine, c'est qu'elle nous offre de nombreuses possibilités. Que ce soit en nous proposant l'envers du décor déjanté d'un poste de police, en tournant en dérision le drame de scènes de crimes ou en s'amusant à référencer certains films ou séries à l'aide de nombreuses parodies, les créateurs ne sont pas prêts de faire face à une panne d'inspiration. Et quand on voit à quel point les personnages sont intéressants, ces derniers pourraient aussi apporter un nombre conséquent d'intrigues et de blagues en dehors du monde policier.

Gagnant : Brooklyn Nine-Nine

Résultat

Pas la peine de vous faire un dessin, c'est une victoire par K.O. de Brooklyn Nine-Nine. Considérée avec raison comme l'une des meilleures nouveautés de la rentrée, celle-ci ne nous déçoit pas et nous laisse au contraire espérer encore de très belles choses, avant de devenir notre nouvelle comédie préférée. Seule inquiétude, si le pilote a fait plus d'audiences que le retour de New Girl, la concurrence s'annonce très serrée face au mastodonte NCIS et le futur grand succès Agents of SHIELD. Il faut donc prier pour que les miettes restantes soient suffisantes pour assurer un succès sur la FOX, au risque de rapidement passer à la trappe.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Avant de zapper, n'hésite pas à commenter !

 

Retrouvez la chronique sur

youtubedailymotionwat

Le paradis des produits dérivés