Social Icons

twittertwittertwitterfacebookemail

Doctor Who : lettre ouverte d'adieu à Eleven


Eleven,

Il parait que c'est ce soir, que tu t'en vas. Pourquoi serais-je étonné ? Après tout, quand ce n'est pas Londres qui souffre un 25 décembre, c'est nous. Mais si tu ne seras pas le premier à me quitter, tu seras sans aucun doute le premier à me faire verser une ou douze larmes. Ne te méprends pas, j'aimais bien Nine et j'ai adoré Ten. Mais toi, pour faire dans le cliché (c'est noël, j'en ai tout à fait le droit), tu as toujours eu ce petit truc en plus.

Il faut dire qu'avant même notre rencontre, je te connaissais déjà un peu. Tu venais de poser ton Tardis, quand je me suis décidé à me lancer dans Doctor Who. Et je ne sais pas pourquoi, mais alors que je me demandais si Nine n'avait pas piqué sa veste en cuir à Spike ou que je tentais de me procurer les lunettes 3D de Ten, c'est de ton magnifique nœud papillon que je ne pouvais décoller mes yeux. Moi qui ait toujours été un fervent admirateur des cravates (chacun sa passion), tu as réussi à me faire accepter cette étrangeté que tu appelles "bow ties". Un exploit comme un autre, dont je t'autorise à te vanter.

Mais si ton départ me minera le moral durant ma précieuse (petite) semaine de vacances, c'est parce qu'on est finalement plus proche que la télévision veut bien nous le faire croire. Malgré tes centaines d'années de plus que moi, ta jeune apparence a directement su capter mon attention. Pourquoi ? Peut-être parce que je me retrouve un peu en toi ou peut-être parce que j'y vois ce que j'ai toujours souhaité être... Ton dynamisme, ta voix et ta folie n'ont cessé de me fasciner lors de chaque épisode. D'ailleurs, si je suis un fan de The Girl in the Fireplace, c'est bien avec l'une de tes histoires que j'ai versé ma première gouttelette. Laquelle ? Vincent and the Doctor, évidemment.

Et puis si tu n'as pas toujours bon goût vestimentairement parlant (non, les Fezzes ne sont pas "cool"), tu te rattrapes toujours très bien avec les filles. En l'espace de quelques années, tu as permis à mon coeur de s'agrandir encore un petit peu, y laissant ainsi entrer une magnifique rousse (Amy) et une superbe brune (Clara). Mes fantasmes te remercient, ma copine beaucoup moins.

Si cette lettre est, il est vrai, mal écrite, c'est parce que j'ai tellement de choses à dire sur notre aventure, mais aucune idée sur la façon dont la partager convenablement. Tu m'as fait vibrer, rire, pleurer, tomber amoureux, voyager, amuser, surpris, halluciner, inquiéter... sans jamais te lasser, sans jamais me lasser.

Tu as dit un jour : "I've never met anybody who wasn't important" qui est sans aucun doute l'une de tes plus belles phrases, te correspondant à merveille. Car non, tu n'es pas n'importe quel Doctor, Eleven. Tu es mon Doctor. Merci.

A noter : C'est ce mercredi 25 décembre 2013 que Matt Smith (Eleven) laisse sa place à Peter Capaldi (Twelve) dans Doctor Who, lors d'un christmas special prenant place entre la saison 7 et la saison 8.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Avant de zapper, n'hésite pas à commenter !

 

Retrouvez la chronique sur

youtubedailymotionwat

Le paradis des produits dérivés