Social Icons

twittertwittertwitterfacebookemail

Le Visiteur du Futur en chiffres, ça donne quoi ?


C'est ce dimanche 19 janvier que Le Visiteur du Futur effectuera son grand retour sur nos écrans avec sa saison 4, renommée Neo Versailles. L'occasion d'y retrouver nos personnages préférés, un tout nouvel univers, de nouveaux enjeux et protagonistes et constater une nouvelle fois que François Descraques et son équipe sont le futur de notre télévision.

Et si la "web-série" désormais diffusée sur Studio 4.0 est aussi attendue des fans et bénéficie d'un engouement rare en France, c'est parce que tout comme Hero Corp, elle ne fait rien comme tout le monde. La preuve avec ce petit condensé de chiffres impressionnants découverts dans le superbe dossier de presse (voir photos à la fin de l'article), nous prouvant que Le Visiteur du Futur est une série hors-norme.

Le visiteur du futur en chiffres, ça donne quoi ?

- 20 millions, comme le nombre de vues qu'a dépassé la série sur le web. Elle fait moins la maline Mimi Mathy et ses 7 millions de téléspectateurs.

- 3 000, comme le nombre de spectateurs répartis sur 6 dates en France et en Suisse ayant assisté à l'avant-première de l'intégrale de la saison 3 renommée Les Missionnaires. C'était durant la tournée cinéma au printemps 2013, et c'est presque autant que le total de spectateurs du film Le Baltringue en 3 semaines (41 109).

- 20, comme le nombre de pays différents dans lesquels Le Visiteur du Futur est regardée. Non, la série n'est pas encore diffusée à la télé, mais elle bénéficie d'un grand succès sur le net grâce à ses sous-titres anglais. Comme quoi, il n'y a pas qu'en France que l'on a du goût.

- 1, comme une gamme de produits dérivés aussi originaux que cool, créée en l'espace d'un an Au programme ? Des DVD, une BD, des t-shirts, des CD et même... un jeu de plateau. Si avec ça votre future liste de Noël n'a pas la classe...

- 20, comme le nombre de comédiens ayant un rôle conséquent lors de cette nouvelle année. Et dire qu'ils n'étaient pas plus de 5 au départ...

- 6, comme le nombre de semaines de tournage nécessaires pour mettre en boîte la saison 4.

- 4, comme le nombre de semaines consécutives passées dans le même décor. Rien ne se perd, tout se transforme, telle est la devise de la télévision.

- 50, comme le nombre de personnes présentes sur le tournage durant cette saison 4, que ce soit les comédiens ou techniciens.

- 10 ou plus, comme le nombre de personnes ayant participé au travail de l'ombre sur Neo Versailles, que ce soit sur les accessoires, les costumes ou la déco. Et comme vous pourrez le constater, le talent derrière la caméra est hallucinant, donnant lieu à des résultats bluffants.


- 11, comme le nombre de nouveaux comédiens cette années, parmi lesquels on peut notamment retrouver Sabine Perraud (Nos années pension), Samuel Brafman (Ma terminale (une série trop méconnue <3) et Nos années pension), Céline Tran alias Katsuni (ex-actrice X, animatrice MCM) ou encore Kefi Abrikh (No Limit) et FloBer (Golden Show).

- 10, comme le nombre d'épisodes composant cette nouvelle saison, soit 12 de moins que la première.

- 130, comme le nombre de minutes composant cette nouvelle saison, soit 40 de plus que la première.

- 60, comme en m² l'espace qu'occupait le stand du Visiteur du Futur à la Comic Con en 2013. A titre de comparaison, celui de 2012 n'en faisait "que" 50m², tandis que celui de 2010 faisait... 2m².

- 5 000, comme le nombre de personnes présentes lors du Visiteur Du Futur Awards Show, événement spécialement créé pour le Comic Con en 2013, afin de présenter la saison 4. Et toi, t'étais où ?

- 2, comme le nombre de minutes qu'il fallait pour qu'un DVD de la saison 3 soit vendu au Comic Con, lors de l'avant-première.

- 1 000, comme le nombre de fans ayant obtenu leurs dédicaces durant les 4 jours du Comic Con 2013. Et combien de revendues sur Ebay ensuite ?

(Source : dossier de presse)




1 commentaire:

  1. Il a l air super ce depliant c est quoi ??' Tu la eu ou ??'

    RépondreSupprimer

Avant de zapper, n'hésite pas à commenter !

 

Retrouvez la chronique sur

youtubedailymotionwat

Le paradis des produits dérivés