Social Icons

twittertwittertwitterfacebookemail

Hannibal : tu sais que la saison 2 nous a offert du grand n'importe quoi, quand...


Après 13 (douloureux) épisodes, c'est ce vendredi 23 mai qu'Hannibal a pris fin sur NBC aux USA. Un soulagement pour notre télévision, tant la série s'est complètement perdue depuis le début de cette nouvelle année, passant son temps à se contempler et devenant tristement sa propre parodie. Car oui, si l'esthétisme apportée par Bryan Fuller y est toujours aussi bluffante, que le jeu des acteurs y est toujours aussi intense et que la mise en scène y est toujours aussi fascinante, Hannibal nous a offert l'un des plus gros ratés télé de la saison. Attention, risque de spoilers.

Tu sais que la saison 2 d'Hannibal nous a offert du grand n'importe quoi, quand...

- Tu t'es déjà demandé si les scénaristes de la dernière saison de Dexter n'étaient pas derrière le show.

- Tu as remarqué que l'interprétation de Michael Pitt ressemblait tristement à celle d'un Joker du pauvre.

- Tu as découvert qu'être agent du FBI ne payait pas assez, au point d'être obligé d'aller manger toutes les semaines chez ton principal suspect.

- Tirer dans la tête d'un suspect, à travers une vitre sans tain, à plusieurs mètres de distance, en état de choc, sans prendre le temps de se poser ? Evidemment que c'est possible, on peut le faire dans GTA...

- Tu as découvert que ce n'était pas si compliqué de se manger le bout du nez, en plus d'être délicieux. La question est : Ca fait combien de calories ?

- Tu as réalisé qu'à côté d'Hannibal, les twists foireux de The Following étaient aussi puissants que ceux de Plus Belle La Vie.

- Tu as réalisé qu'Hannibal avait probablement des dossiers sur chacun des scénaristes pour avoir le droit d'être décrit comme un tel sur-homme : Manipulateur indéchiffrable ? Ok. Talent de cuisinier ? Ok. Combattant hors norme ? Ok. Odorat super développé ? Ok. Tueur implacable ? Ok. Capable de prendre l'avion après (supposément) un quadruple homicide chez-soi ? Ok. Richissime au point d'obtenir le meilleur matériel possible pour découper des gens sans jamais éveiller le moindre soupçon ? Ok. Capacité de ninja invisible afin de décorer des lieux publics avec des cadavres ? Ok. Je continue ou ça vous va ?

- S'inviter seule, la nuit, dans la maison d'un homme soupçonné des pires crimes jamais recensés, quand on est un flic, alors qu'on vous a fortement déconseillé de le faire ? Evidemment que c'est une bonne idée.

- En 2014, tu as réalisé qu'il est apparemment encore possible pour les séries de faire le coup du : "héhé, j'ai enlevé les balles de ton arme sans que tu ne t'en aperçoives" sans que ça ne choque personne.

- En 2014, tu as réalisé qu'il est apparemment encore possible pour les séries de faire le coup du : "Je me fais passer pour un médecin dans un hôpital, et je récupère ni vu ni connu un serial killer déjà bien amoché" sans que ça ne choque personne.

- En 2014, tu as réalisé qu'il est apparemment encore possible pour les séries de faire le coup du : "Tu pensais que j'étais morte ? Et ba non, j'étais vivante tout ce temps. A quoi ça a servi ? Comment ? Pff, pourquoi apporter des réponses quand on peut faire des économies sur le budget 'écriture' afin de privilégier la réalisation ?" sans que ça ne choque personne.

- Tandis que tu as encore du mal à tartiner une simple biscotte sans la casser, des tueurs enferment des gens dans des ventres de chevaux, des victimes servent de ruches humaines, d'autres sont IMPECCABLEMENT découpées en plusieurs morceaux, d'autres servent d'arbres... Au début c'est drôle, à la fin c'est... drôle. Malheureusement, ce n'est plus un compliment.

- L'un des personnages les plus intelligents de la série décide de commanditer un meurtre. Le problème ? Il le fait à haute voix dans sa cellule, à côté d'un mec qu'il a lui-même fait venir et qui entretient de bonnes relations avec la future victime. Et le plus gros "Facepalm" de l'année est attribué à...

- Quand tu vois ça...


Je pourrais continuer encore et encore, mais je n'en ai pas envie. Même si la série est probablement ma plus grande déception de l'année, je l'aime toujours un peu et je n'ai pas envie de m'en dégoûter totalement. Comme je l'ai dit plus haut, elle garde énormément de qualités que l'on retrouve très rarement ailleurs, me donnant envie de revenir l'année prochaine. Le principal souci, c'est qu'à force de lire tous les louanges entourant sa série, Bryan Fuller a probablement vu son ego tripler, l'obligeant à vouloir en faire toujours plus à chaque épisode afin d'attirer les critiques positives, au détriment d'intrigues un minimum crédibles.
Honnêtement, si Dexter avait offert un épisode identique que le final d'Hannibal lors de sa dernière saison, le public serait encore en train de rire et se moquer. Fuller bénéficie d'une sympathie et d'une aura rare auprès des téléspectateurs et il ferait mieux de s'en servir pour faire évoluer et rafraîchir son univers et ses idées, plutôt que de se "masturber télévisuellement" en abusant de ses qualités, nous dévoilant dès lors une telle overdose. Car si Hannibal s'est régalé chaque semaine, c'est une indigestion qui s'est offerte à nous à la fin du repas. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Avant de zapper, n'hésite pas à commenter !

 

Retrouvez la chronique sur

youtubedailymotionwat

Le paradis des produits dérivés