Social Icons

twittertwittertwitterfacebookemail

Doctor Who saison 8 : qu'est-ce que l'on vient de regarder ? (Bilan)


C'est ce samedi 8 novembre que la saison 8 de Doctor Who a pris fin en Angleterre. Toutefois, si la série a une nouvelle fois fait partie des plus discutées sur les réseaux sociaux cette semaine, ce final n'a pas réellement déchaîné les passions. Et pour cause, tout comme le reste de la saison, celui-ci interroge : Qu'est-ce que l'on vient de regarder ?

Des promesses non tenues

"Est-ce que je suis un homme bien ?" Cette réplique était (pour moi) la plus excitante de Doctor Who depuis de nombreuses années. Pourquoi ?  A travers le changement de Doctor, elle semblait annoncer un bouleversement très appréciable dans la série. Peter Capaldi n'étant pas aussi jeune et vif qu'un David Tennant ou Matt Smith, on pouvait en effet logiquement espérer découvrir une version plus posée, plus réfléchie et surtout plus sombre du Time Lord, tout en explorant un peu plus sa personnalité complexe.

Malheureusement, si le premier épisode de la saison nous laissait croire de très belles choses (cf l'excellente scène entre le Doctor et un SDF), la série n'a jamais réussi à tenir ses promesses. Alors oui, Twelve s'est régulièrement montré plus sec, moins compréhensif, plus extrême... mais à aucun moment on a pu ressentir une inquiétude gênante à son sujet.

Une saison... vide

La raison à cela est simple : cette saison était... vide. Tandis que l'on nous promettait un fil rouge fascinant et des révélations excitantes, les scénaristes ont finalement opté pour des épisodes stand-alone, avec juste un petit avant-goût (occasionnel) à la fin de certains, préparant ainsi le grand final. Et si ces intrigues n'étaient pas mauvaises, "Listen" étant même devenu l'un de mes épisodes préférés, on peut légitimement regretter cette prise de position.

En effet, l'arrivée d'un nouveau Doctor est toujours l'occasion rêvée pour apporter un plus à la mythologie du show et du personnage. Or, on a cette étrange impression que les auteurs ont décidé de se reposer sur leurs acquis cette année, ne touchant à rien de leurs petites habitudes. Mis à part le renouveau (très intéressant) dans le relation entre Clara et le Doctor (cette dernière ressentant finalement ce que chaque fan d'un Doctor/acteur vit lors d'une régénération), rien n'a évolué et on n'a absolument pas avancé. Traduction ? Eleven aurait vécu ces aventures que cela ne nous aurait pas choqué, alors que les siennes étaient (à mon sens) nettement différentes de celles vécues par Ten (L'arrivée de Moffat y ayant fortement contribué, je vous l'accorde).

Une année sans surprises

Et ce n'est pas le final qui me contredira, ce dernier épisode étant finalement la preuve parfaite de ce manque d'ambition. Alors que l'on nous promettait quelque chose de fou et passionnant durant la saison, on en est ressorti avec un plan machiavélique quelque peu bancal, de la part... du maître (parfaitement incarné ici par Michelle Gomez). Si l'idée de jouer sur le côté sombre du Doctor identique à celui de son meilleur ami/ennemi, en lui offrant son armée, était bien pensée, elle n'a jamais créé cette onde de "choc" ou d'inquiétude désirée. La faute à quoi ? A ce manque d'approfondissement dans la personnalité de Twelve (critiqué au-dessus) et à une trop longue hésitation sur le chemin à parcourir cette année. Pour preuves, là où l'on attendait de la nouveauté, des prises de risques, un renouvellement... on nous a encore ressorti les mêmes méchants (TOUJOURS les mêmes, ça en devient terriblement lassant) et une multitude de clins d'oeil/références, servant principalement à garder le téléspectateur dans son confort, tout en  cachant le manque d'idées.

Au final, si cette saison était agréable, toujours aussi fun et bénéficiant d'épisodes plutôt cool, elle semblait avoir... une année d'avance. Oui, elle ressemblait à cette "saison de transition" entre deux années complètement folles, que l'on autorise (officieusement) aux scénaristes, afin qu'ils se renouvellent et se reposent pour continuer à nous surprendre. Cette fameuse saison sans grand intérêt côté intrigues, mais faisant parfaitement le job avec ses épisodes routiniers et divertissants. 
Alors que l'on aurait dû avoir - comme souvent - du mal à accepter ce nouveau Doctor, sa nouvelle personnalité, son nouvel univers... on avait pourtant l'impression ici de le connaître depuis toujours. Et n'allez pas croire que ceci est une qualité, celle-ci démontrant au contraire cette "routine" avancée, et nous laissant craindre le pire pour la suite de la série, si personne ne se réveille...

1 commentaire:

  1. Pas du tout d'accord, mais alors pas du tout. J'ai trouvé que cette saison était la meilleure de Moffat, surtout après les 6 et 7 trop moyennes à mon goût. "Des promesses non tenues"? Le Docteur a enfin trouvé la réponse à sa question "Am I a good man?". Twelve a fréquemment été bien pire que les précédents en termes d'humanité, avant, voir des gens mourir l'horrifiait, maintenant il s'en fout totalement, il se permet même des petites pointes d'ironie (cf: épisode 2). Eleven, Ten et Nine étaient très émotifs quand ils voyaient des gens mourir sans qu'ils puissent rien faire. Il est même sur le point de tuer Missy dans le final, chose qu'il ne fait jamais. Pas de fil rouge fascinant? A voir, moi j'ai trouvé l'intrigue de Missy excellente, justement parce qu'elle sait se faire discrète pour ressortir pleinement à la fin. Pas de révélation? Pas de surprise? Mmmh, on a jamais eu que le retour du Maître en fille, le méchant préféré de beaucoup de fans, alors que Moffat avait carrément menti pour nous faire croire qu'on ne le reverrait pas. Perso j'ai adoré Capaldi dès le début en temps que Docteur, il a directement imposé son personnage comme l'a fait Matt Smith avant lui. Les épisodes ont presque tous été bons, même Forest, qui était correct en dépit de sa résolution bâclée. Et surtout, pas de Moffaterie. Vous savez, ce truc qu'on voyait tout-le-temps, les incohérences grosses et visibles qui te gâchaient l'intrigue, sous Eleven. Et même pour le départ de Clara, certes c'est pas aussi triste que les Pond, mais c'était évident qu'après tous ses compagnons "arrachés" au Docteur, il en fallait bien un qui puisse partir normalement. Et Clara part au bon moment, au moment où elle a fait son job, à savoir sauver le Docteur, puis s'élever à son niveau, pouvoir lui tenir tête. Si on devait la voir encore une année de plus, ça deviendrait inintéressant, comme l'ont été les Pond à la fin.

    RépondreSupprimer

Avant de zapper, n'hésite pas à commenter !

 

Retrouvez la chronique sur

youtubedailymotionwat

Le paradis des produits dérivés