Social Icons

twittertwittertwitterfacebookemail

La petite histoire de France : Jamel Debbouze parle déjà de la saison 2 (Interview)


Si La Petite Histoire de France, la nouvelle shortcom de W9, ne fait pas beaucoup de bruit, elle n'a cependant jamais eu de difficultés à trouver son public. Au contraire, comme l'a annoncé la chaîne de la TNT, la série réalise de très bons scores d'audiences à chacune de ses diffusions. Résultat ? Afin de récompenser ces bons chiffres, W9 vient de lui offrir... une saison 2. Une nouvelle qui devrait réjouir Jamel Debbouze, son créateur, puisqu'il confiait au moment du lancement de la fiction avoir déjà quelques idées pour la suite.

Une saison 2 encore plus drôle

Tandis que j'étais invité à une table ronde en compagnie de l'acteur dans le cadre de mon travail pour Purebreak, Jamel avouait ainsi déjà connaître les changements que La Petite Histoire de France allait devoir opérer en cas de renouvellement. Comme il me le dévoilait, s'il est extrêmement fier de certains éléments du show : "Je sais là où l'on est bon, là où l'on est drôle, là où l'on est juste... La lumière est belle, les costumes sont impeccables, on a fait un vrai travail d'historien, c'est détaillé", il connait également les petits points faibles à améliorer : "On va améliorer les textes, les personnages et les situations. Car c'est sur l'humour que l'on a à gagner, le reste est là."

Pas d'apparition à l'écran pour Jamel ?

Toutefois, si Jamel veut faire de la shortcom une série encore plus drôle, il n'est pas prêt à s'aventurer devant la caméra pour cela. Au contraire, même s'il lui arrive d'en avoir régulièrement envie : "Combien de fois j'ai eu envie de prendre une moustache et d'y aller. Mais la pudeur... Tu ne peux pas arriver et dire 'Poussez-vous, je vais faire du bruit'", il avoue avoir peur de casser toute la dynamique déjà mise en place : "L'envie ça suffirait, mais il faudrait que ça soit pour apporter quelque chose. Si j'arrive juste par envie, je peux niquer l'histoire. Il y a un truc fragile à respecter et je commence à connaître mon métier (de producteur, ndlr). David Salles (Directeur Artistique) c'est le boss. Je peux lui parler dans l'oreille de temps en temps - et parfois je l'agace, j'ai le droit d'aller à la table de régie comme je veux, mais maintenant, venir influer pendant le tournage ça serait vraiment bas. Soit on s'est préparé à ce que j'arrive, soit je peux niquer un peu l'histoire. Et je ne veux pas risquer ça."

Une vraie déclaration de producteur qui augure de très belles choses pour la suite. Vivement.

Déclarations recueillis pour PureBreak.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Avant de zapper, n'hésite pas à commenter !

 

Retrouvez la chronique sur

youtubedailymotionwat

Le paradis des produits dérivés