Social Icons

twittertwittertwitterfacebookemail

Featured Posts

The Big Bang Theory - les questions qui tuent

Regarder des séries, c'est aussi se poser beaucoup de questions. Pas forcément utiles, pas vraiment intéressantes, mais toujours très étranges. La preuve.

Ces séries que j'aimerais retrouver sur Netflix

Si Netflix propose déjà un joli catalogue pour ses séries, certaines créations cultes manquent encore à l'appel. Bonne nouvelle, j'ai fait une petite liste pour que cette erreur soit réparée au plus vite.

Orphan Black : Tatiana Maslany, l'amour du beau jeu

Si son nom ne vous dit rien, Tatiana Maslany est pourtant l'une des meilleures actrices du petit-écran du moment. Hommage à la star d'Orphan Black.

NCIS : 5 raisons d'abandonner la série

13 saisons dans le monde des séries est égal à 60 ans dans notre monde. Autant dire que NCIS se fait vieille, répétitive et devient terriblement lassante. Il est temps de la laisser partir à la retraite.

The Big Bang Theory : quel avenir pour Sheldon et Amy ?

Coup de théâtre pour les fans de TBBT, le couple Sheldon/Amy vit des jours compliqués. Que réservent les scénaristes à ce sujet ? Petites théories plus ou moins crédibles.

Shield 5 : quand Instagram lance sa série c'est... intrigant


Comme s'il n'y avait déjà pas assez de séries sur nos écrans, que ce soit grâce aux chaînes télé, aux plateformes de VOD (Netflix, Hulu), aux sites marchands (Amazon) ou encore aux consoles de jeux vidéo (X-Box), Instagram vient désormais participer à la fête. En effet, le nouveau joujou de Mark Zuckerberg a lancé ce lundi 1er février Shield 5, sa propre fiction.

Un étonnant concept

Au programme ? Créée et réalisée par Anthony Wilcox, on y suit John Swift, un chauffeur poursuivi par la police, soupçonné d'un vol de diamants et de la mort de l'un de ses collègues. De quoi l'obliger à fuir pour prouver son innocence, et nous plonger dans un format très particulier. Et pour cause, qui dit "série Instagram" dit... "règles d'Instagram". Traduction : chaque épisode ne dure que 15 secondes (la série en comporte 28, soit une durée totale de 7 minutes), fait participer les fans grâce à de nombreuses interactions mises en place à travers d'autres posts, et un nouvel épisode est mis en ligne chaque jour.

Un résultat intrigant

Et la bonne nouvelle, c'est que si - sur le papier, ce projet peut prêter à sourire et se faire zapper avant même d'avoir été regardé, le résultat se veut plutôt convaincant. En effet, la réalisation est soignée, la photographie aussi, le storytelling est fascinant, les acteurs ne sont clairement pas amateurs (Christian Cooke, qui incarne le héros, a notamment joué dans Doctor Who) et  - durée de l'épisode oblige - on se laisse rapidement prendre au jeu, regrettant même l'impossibilité de binge-watcher la saison. Et oui, retrouver la frustration de ne pas pouvoir tout découvrir d'un coup et rester dans le flou, ça fait du bien.



Alban Ivanov (La petite histoire de France) : "Cette coupe de merde tu dois l'assumer tous les jours" (Interview)


C'est la nouvelle shortcom du moment sur W9, La petite histoire de France imaginée par Jamel Debbouze se fait progressivement une place dans le coeur des téléspectateurs. Il faut dire que cette série que l'on pourrait grossièrement situer entre Scènes de Ménages et Kaamelott bénéficie d'une écriture efficace, de décors/accessoires très travaillés et d'un casting rafraîchissant et fun.

Et justement, lors de la présentation de la série à la presse, j'ai pu interviewer Alban Ivanov - l’interprète de François d'Arc, pour Purebreak. L'occasion de revenir sur son personnage à l'écran et sur les coulisses très mouvementés de cette fiction.

Des dents dégueulasses, une coupe de cheveux difficile à assumer... C'est pas trop dur de tourner dans cette shortcom ?
Dur à tourner non, mais le plus difficile c'est quand tu sors du tournage, car cette coupe de merde tu dois l'assumer tous les jours (rires). Je peux te dire que je me suis baladé avec un bonnet pendant trois/quatre mois. La coupe à la Jacquouille... Merci beaucoup. Mais sur le tournage c'était marrant, parce que même quand on allait à la cantine on se baladait tous en tenues d'époque. C'était cool de voir le regard des gens, des techniciens qui ne savaient pas ce que l'on faisait. Eux, je pense qu'ils nous voyaient comme les Visiteurs.

Du coup, c'est non négociable pour la changer ?
J'ai essayé de négocier pour la barbe et la coupe, mais c'est mort. Ils m'ont dit 'Non, t'auras une gueule de con jusqu'à la fin'. Mais bon, c'est ce qui colle avec l'époque aussi. Si on venait avec des coupes de footballeurs, je ne sais pas si ça ferait le même effet.

On le sait, le rythme d'une shortcom n'est pas le plus simple à suivre, avec notamment de nombreux plans-séquences. C'était quoi la plus grosse difficulté sur le tournage ?
Les plans-séquences, c'est sûr que c'est le plus dur à faire parce que c'est vraiment de la partition, de la musique, surtout quand tu as beaucoup de texte. Tu peux faire des plans-séquences qu'avec des jeux de regards et peu de mots, mais c'est vrai que dès que ça commençait à tirer un peu au niveau des monologues, c'était un peu compliqué. Mais au final, le plus dur c'était le rythme des journées. Je crois qu'on faisait 10/12 épisodes par jour, donc tu commences à 7h et tu finis à 20h. Et comme il faut garder de la fraîcheur sur tous les épisodes, c'est difficile à tenir.

Mais vous vous êtes autorisés quelques impros durant ces plans-séquences ? Car à certains moments, vous semblez partir dans certains délires...
Complètement, il y a plein d'impro. La logique est toujours un peu pareil : on va jusqu'au bout de l'épisode tel qu'il est écrit, comme une sécurité, mais on laisse toujours de la marge à l'improvisation. Et c'est souvent là où on a les meilleures choses, quand on se piège entre comédiens. En général c'est là que tu as les meilleures réactions. Même si le rythme est assez speed, il faut garder ce côté fraîcheur et spontané. Sinon on peut vite faire un travail d'usine et ça peut être moins intéressant.

NCIS saison 13 : Tony quitte la série, quelle fin pour le personnage ? (Théories)


L'année ne pouvait pas plus mal commencer pour les fans de NCIS. Alors que la saison 13 est actuellement diffusée aux USA et qu'une saison 14 devrait voir le jour l'an prochain, Michael Weatherly (Tony Dinozzo) vient d'annoncer qu'il quittait la série. Un véritable choc pour les téléspectateurs, puisque son personnage est l'un des plus appréciés de la série et qu'il devrait partir avec un sentiment de "tout ça pour ça", la faute à un potentiel jamais réellement exploité de la part des scénaristes.

Heureusement, son départ n'a pas été décidé sur un coup de tête, l'acteur ayant souvent affirmé qu'il s'en irait au terme de cette 13ème année, et ne s'effectuera pas avant la diffusion du dernier épisode, programmé pour le printemps 2016. Traduction ? Cette annonce, qui n'est donc pas une surprise, laisse tout le temps aux auteurs pour imaginer une belle porte de sortie pour l'agent préféré de Gibbs, rendant ainsi hommage à ce policier haut en couleurs.

Il retrouvera Ziva

On ne va pas se le cacher, c'est l'hypothèse que tout le monde a en tête désormais. Après s'être tournés autour durant des années, nous offrant quelques scènes mythiques et répliques mémorables, leur ship a été brutalement interrompu au moment où la comédienne Cote de Pablo a quitté la série. Ainsi, puisque les scénaristes n'ont pas tué Ziva, il semble logique d'imaginer Tony la retrouver chez elle afin de poursuivre leur histoire. Non seulement cela permettrait aux fans de digérer un peu mieux ce départ, mais surtout, cela offrirait une vraie conclusion à une histoire qui nous a longtemps hanté.

Probabilité : 27%

Il aura sa propre team

Comme il a pu le prouver avec succès par le passé, Tony a largement les épaules pour diriger sa propre équipe. Et alors que le personnage s'approche doucement de l'âge de Gibbs quand tous les deux se sont rencontrés, il est très probable que cette question d'évolution commence à le titiller et qu'il entame les démarches pour se voir offrir le poste qu'il mérite depuis des années. Après tout, Gibbs n'étant pas décidé à partir à la retraite, il serait injuste et dommage pour lui de le voir se contenter d'attendre plutôt que d'ouvrir dès aujourd'hui un nouveau chapitre très excitant.
Enfin : 1) Cela lui permettrait également de retrouver Ziva en cas de mutation dans un autre service. 2) Si l'acteur souhaite actuellement mettre sa carrière entre parenthèses, cela laisserait tout de même la possibilité d'un spin-off dans le futur, Michael Weatherly et CBS étant en très bons termes...

Probabilité : 50%

Il trouvera la mort

Kate, Franck, Jenny, Ned Dorneget... si Ziva ou Gerald ont eu la chance de quitter NCIS en vie, c'est loin d'être le cas de nombreux autres collègues. Et quand on sait que Tony n'est jamais le dernier à se mettre en danger et qu'il possède un certain syndrome du héros, on peut déjà craindre une fin fatale lors d'une scène spectaculaire. Il faut dire que cela permettrait aux scénaristes de sortir enfin de leur zone de confort tout en secouant la série et les intrigues, et offrirait à Tony une occasion parfaite de mourir comme l'un de ses héros cinématographiques préférés. Un joli clin d'oeil pour ce fan du 7ème art et un départ choc, dramatique et émouvant qui - il faut bien l'avouer, conviendrait parfaitement à l'agent. 
La bonne nouvelle néanmoins pour les plus émotifs, c'est qu'une telle mort énerverait fortement les fans déjà secoués par le départ, et mettrait en danger la série pour l'année à venir..


Probabilité : 20%

Il sera piégé et obligé de fuir

Tandis que les agents passent leur temps à sauver les USA, les méchants passent leur temps à leur pourrir la vie. Résultat, afin de jouer avec les nerfs de Gibbs ou par simple vengeance personnelle, l'un d'entre eux pourrait s'amuser à piéger Tony. Comment ? En le faisant accuser d'un meurtre qu'il n'a pas commis et en l'obligeant à quitter le pays au risque de passer sa vie derrière les barreaux. L'intérêt d'une telle histoire ? Cela relancerait un fil rouge passionnant avec un nouveau méchant, Tony serait toujours au coeur des discussions, évitant ainsi un nouveau chapitre trop brutal et Michael Weatherly aurait une bonne raison de revenir lors du final de la série, dans le cas où son personnage serait disculpé. Et puis Tony en mode Le Fugitif, il y a fort à parier qu'il adorerait ça.

Probabilité : 3%

Mais aussi :

Il change de métier et décide de devenir scénariste sur une série policière / Il rejoint NCIS Los Angeles car ça bouge un peu plus là bas / Réalisant que les médecins légistes ont apparemment une durée de vie illimitée, il entame des études pour remplacer Ducky et pouvoir ainsi continuer à draguer encore longtemps de jeunes femmes / Il se retrouve dans le coma après une trop grosse tape sur la tête de la part de Gibbs / Il se fait victimiser par McGee et a trop honte pour retourner au travail

Les Simpson : ces étranges questions que l'on se pose devant la série


Qui n'a jamais été troublé, durant un épisode des Simpson, par l'étonnante ressemblance entre Ned Flanders (le voisin d'Homer) et Walter White (le dealer de Breaking Bad) ? Honnêtement, le personnage de Bryan Cranston a complètement pompé le style du personnage animé, non ? 

Oui, regarder les Simpson c'est l'assurance de passer un très bon moment devant notre écran, mais également de se poser d'étranges questions, plus ou moins inutiles. Et comme je suis plutôt cool, je me suis amusé à compiler les questions les plus bizarres que l'on peut avoir durant un visionnage.

Les Simpson : les questions qui tuent #6

Rejoignez la chronique sur Facebook

France Kbek : tu sais que tu vas aimer la saison 2 si...


Alors que Lazy Company vient tout juste de prendre fin sur OCS, c'est la saison 2 de France Kbek qui vient d'être lancée sur OCS Go. Une bonne nouvelle pour notre télévision, puisque cette création signée Jérémie Galan et Jonathan Cohen se veut plus cohérente que la première, tout en gardant un ton aussi déjanté que cartoonesque. Au programme cette année ? C'est dans la ville de Saint-Louis (Québec) que l'action prend place, Audrey ayant en effet décidé d'en devenir maire afin de la sauver. Malheureusement pour elle sa mission s'avère plus compliquée que prévue, Christophe (son ancien boss en France) étant prêt à tout pour ruiner ses plans et gâcher sa vie.

Tu sais que tu vas aimer la saison 2 de France Kbek si..

- Tu t'es déjà inscrit dans un club de Mimes.

- Tu es fan de Ramsay Bolton (Game of Thrones) et son goût pour le découpage de zigounettes. Oui, même les Mimes sont sadiques.

- Tu veux toujours connaitre de nouveaux X-Men.

- Tu ne te lasses pas des parodies de Justin Bieber.

- Tu as toi aussi un fétichisme pour les zip.

- Tu es fan du Capitaine Crochet.

- Tu aimes tellement ta ville que tu lui dis bonjour dès que tu en as l'occasion.

- Tu ne supportes pas les Glee Club.

- Tu es un passionné d'Histoire et tu as toujours préféré les Cowboys aux Indiens.

- Cuir-Moustache-Pizza sont tes raisons de vivre.

- Tu t'es toujours demandé si ça valait le coup d'aller en prison au Québec. Réponse : oui.

- Tu veux connaitre le pouvoir de Garou sur les vampires.

- Tu aimes le hockey sur glace ET les débats.

- Tu veux savoir si ça a des avantages d'être un fantôme. Réponse : bof.

- Tu es fan des doubles-prénoms.

- Tu es fan d'Hero Corp et tu as toujours fantasmé sur un couple John/Doug.

- Tu as toujours voulu apprendre la technique des 7 points ca-cardinaux.

- Tu aimes les finals de merde.




Jamel Debbouze : "Avec H j'ai l'impression d'avoir fait un truc qui va rester"


Si la France n'est pas à plaindre côté comédies actuellement à la télévision, que ce soit avec Lazy Company, Hero Corp, Fais pas ci fais pas ça, France Kbek ou encore Platane, il y en a une ancienne qui reste culte et qui le restera pendant encore de très nombreuses années, c'est H. Alors que la série a pris fin en 2002 sur Canal+, cette création originale portée par Jamel Debbouze, Eric et Ramzy, Catherine Benguigui ou encore Jean-Luc Bideau, ne cesse de fasciner les téléspectateurs et de squatter quelques conversations entre potes et fantasmes inavoués de fans, qui espèrent encore un retour inédit sur nos écrans.

Ca tombe bien, alors que j'étais invité (pour Purebreak) à une table ronde organisée pour la promo de la nouvelle shortcom de W9 "La petite histoire de France", j'ai pu lui demander ce qu'il pensait de la série en 2015 et s'il se voyait rejouer dans un tel format aujourd'hui. Et s'il y a des fans de H parmi vous, sa réponse ne devrait pas vous laisser insensible... 

"Avec H, j'ai l'impression d'avoir fait un truc qui va rester"

"Il y a un truc qui se passe et qui est absolument dingue, c'est que ça a touché plusieurs générations. J'ai l'impression de ne pas l'avoir quittée et qu'on a tourné la veille. Je te jure, ce matin on m'a parlé de H dans la rue. Et c'était des gamins de 10 piges qui criaient "H, H, H, H" (le générique, ndlr). On a fait un truc et au départ on ne savait pas du tout où ça allait, on ne savait pas trop quoi en penser. Aujourd'hui ça traverse les époques. C'est encore sur France Ô, c'était rediffusé hier, et sur la TNT avant. Je suis très très fier et j'ai l'impression d'avoir fait un truc qui va rester. Moi mon rêve, si demain on me propose de faire une série à la H, enregistrée en public, je fonce. On est des gens de la scène. Et quand on se retrouvait devant un public, ça nous grisait. Le mec qui a eu l'idée de nous filmer à ce moment-là, c'est un génie. On nous a filmé en train de faire les cons, on nous a filé un public pour nous booster et c'était que du bonheur."

Reste désormais à savoir si Canal+ ou une autre chaîne entendra son message et sera prête à réaliser son rêve. Je croise les doigts car je n'attends personnellement que ça et en attendant, il y a toujours les DVD à re-regarder pour patienter...

Propos recueillis pour Purebreak dans le cadre d'une interview à venir.


 

Retrouvez la chronique sur

youtubedailymotionwat

Les partenaires