Social Icons

twittertwittertwitterfacebookemail

Featured Posts

Fais pas ci, fais pas ça : une série qui ne fait rien comme les autres

Si Fais pas ci, Fais pas ça est aussi géniale, c'est parce qu'elle a un temps d'avance sur de nombreuses séries françaises. La preuve.

New Girl : pourquoi le nouveau générique est nul

Bonne nouvelle, New Girl a changé de générique. Mauvaise nouvelle, celui-ci est une horreur. Adieu la jolie voix de Jess, bonjour le montage d'un stagiaire de 3ème.

South Park : A quoi ressembleraient les personnages dans la vraie vie ?

C'est la question que l'on s'est tous déjà posée au moins une fois devant un épisode de South Park. Bonne nouvelle, les créateurs ont (enfin) apporté la réponse.

Hero Corp : 4 raisons de faire découvrir la série à vos amis

Incroyable mais vrai, la France sait également faire de bonnes séries et Hero Corp en fait partie. Et oui, la faire découvrir à vos amis est un devoir obligatoire. La preuve.

Steve Urkel : pourquoi il était le gars le plus cool de la télé dans les années 90

Oubliez Sheldon Cooper de TBBT, le vrai geek le plus drôle de la télé n'est autre que... Steve Urkel. Aussi maladroit que déjanté, ce personnage en a fait rêver plus d'un.

Spotless : pourquoi la nouvelle série de Canal+ s'annonce immanquable


C'est le 16 mars prochain que Canal+ dévoilera le premier épisode de sa toute nouvelle création : Spotless. Une comédie noire aussi originale que fascinante portée par Marc-André Grondin, qui, à en croire les nombreux teasers, nous promet un résultat mémorable.

Un univers original

Dans la liste des métiers improbables auxquels on ne pense jamais, "nettoyeur de scènes de crimes" se classe tout juste devant "fabriquant de palettes". Bonne nouvelle, c'est bien le premier qui a été choisi comme toile de fond pour la série Spotless. De quoi nous plonger dans un univers finalement méconnu, et nous laisser espérer quelques situations surprenantes.

Une ambiance sombre

Car comme le dévoile la bande-annonce, si un tel job n'est pas forcément le plus passionnant à suivre, il va rapidement le devenir quand Jean (le héros), un français installé à Londres, va voir son frère débarquer dans sa vie aussi calme que plate. En effet, ce dernier va profiter de la situation professionnelle de son frangin afin de résoudre certains de ses problèmes. De quoi lancer les deux hommes dans des quiproquos déjantés et situations morbides, puisque ces "problèmes" pourraient bien être liés au crime organisé. Et à en croire la vidéo ci-dessous, les méchants de la série ne seront pas là pour rigoler.

Canal +/Tandem Communications GmbH

Un humour noir prometteur

Malheureusement pour ces méchants, si la série sera bien plongée dans une ambiance sombre avec la présence de ce crime organisé, d'une multitude de règlements de comptes et d'un nombre impressionnant de litres de sang exposés à l'écran, les scénaristes ne devraient pas pour autant se gêner pour nous offrir un dosage parfait d'humour noir. Et à ce petit jeu-là, le duo porté par les deux frères s'annonce comme aussi réjouissant que jouissif, avec une incompréhension partagée, des crises existentielles et un passé compliqué à gérer.

Une jolie série

Côté réalisation et photographie, si on semble être loin d'une atmosphère aussi prenante et oppressante que peuvent l'être Hannibal ou Les Revenants, Spotless devrait tout de même nous offrir quelques jolis plans et des décors plutôt riches et rafraîchissants. A voir sur la durée, mais on n'est pas à l'abri de bonnes surprises.

Un excellent casting

Enfin, côté casting, Spotless a tout pour nous convaincre. Si les comédiens ne sont pas les plus connus du grand public, leurs noms suffisent néanmoins à nous assurer de très bonnes choses à l'écran et une interprétation crédible et passionnante. Ainsi, on pourra notamment y retrouver Marc-André Grondin (C.R.A.Z.Y, L'homme qui rit), Denis Ménochet (Inglourious Basterds, Les adoptés), Miranda Raison (24 heures chrono : Live Another Day), Brendan Coyle (Downton Abbey) ou encore Tanya Fear (Kick-Ass 2), tandis qu'Ed McCardie (scénariste sur Shameless) et Corinne Marrinan (scénariste et productrice des Experts) seront les deux têtes pensantes derrière la série.

Canal +/Tandem Communications GmbH

Un générique cool

Point bonus : Le générique n'est pas le plus beau et la musique pas la plus entraînante/entêtante, mais le résultat reste très bien réalisé et change de ce que l'on peut voir ailleurs.


Bande-annonce de Spotless

Les Kassos saison 2 : la série d'animation la plus déjantée du net est (enfin) de retour


Ce n'est pas un secret, s'il y a bien un domaine où la France règne en maître, c'est celui du format court. Et la bonne nouvelle, c'est qu'il n'y a pas qu'à la télévision où les créateurs rivalisent d'imagination et d'originalité (Kaamelott, Scènes de Ménages, Un Gars une fille, Bref...), puisque le net est aussi l'un de leurs terrains de jeu favoris, comme le prouve "Les Kassos" de Canal Factory.

Une série délirante

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore Les Kassos, il s'agit d'une websérie d'animation délirante, revisitant les héros de notre enfance à une période de leur vie aussi instable que miséreuse. Car oui, que ce soit Casimire, Astérix, Luke et Leïa ou encore les Tortues Ninja, nombre d'entre eux sont désormais victimes de la crise, les obligeant à se livrer à leur assistante sociale très spéciale. L'occasion de découvrir leur déchéance déchirante et d'assister à des séquences et répliques cultissimes.

Un retour en grande forme

Ainsi, après plus de 10 mois d'absence, la série d'animation la plus folle du net revient (enfin) avec une saison 2 toujours plus déjantée et hilarante. Et alors qu'un nouvel épisode sera dévoilé sur Youtube chaque jeudi, le 1er de cette nouvelle année vient nous rappeler à quel point ces personnages nous avaient manqué. Au programme ? Moc et Darty revisitent les problèmes du paradoxe temporel, tandis que Sachatte et Pedro découvre que faire combattre des animaux, ce n'est pas aussi cool que ce que laissent croire les jeux vidéo et mangas...


A noter que lors de cette saison 2, en plus de nouvelles voix (Bapt & Gael, Medi Sadoun, Kevin Razy), on aura également le droit à... de nouveaux personnages dont Charlie, Grumpy Cat et le très prometteur Lapin du métro.

Bref, les Kassos sont de retour et c'est probablement la plus bonne nouvelle sériephilique du mois. Ca et la fin de Mentalist.

Mentalist saison 7 : Quelle fin pour la série, Jane et Lisbon ? (Théories)


Jane et Lisbon vont-ils se marier et vivre heureux ? John le Rouge va-t-il effectuer son grand retour ? Jane va-t-il mourir ? Rendez-vous ce mercredi 18 février aux USA, pour découvrir la réponse tant attendue à la question : "Que réservent les scénaristes de Mentalist lors du grand final de la série ?" Bonne nouvelle, si vous n'avez pas la patience d'attendre la fin de la saison 7 pour le découvrir, j'ai déjà quelques théories en tête, plus ou moins plausibles, pour vous faire patienter.

Théorie n°1 : Une Happy Ending larmoyante

Quand on voit ce qu'est devenue la série depuis 1 an 1/2, cette théorie est la plus crédible. Alors que le créateur promet que le final de Mentalist offrira tout ce que les fans aiment et ont toujours voulu, il y a fort à parier qu'il parle ici de mariage et - qui sait - de bébé. Une fin à l'eau de rose terriblement mauvaise et clichée, qui nous fera une dernière fois oublier la série des débuts. Oui, terminé le Jane un peu perdu de la saison 1 et sarcastique/joueur au possible, place désormais à un homme au foyer prêt à échanger ses costumes contre un bon jogging. Ca ne fait clairement pas rêver, mais cette fin aura au moins le mérite de poursuivre la lancée toute en médiocrité de la série actuelle. Et voyons le côté positif, on ne verra pas Jane changer des couches en saison 8.

Théorie n°2 : John le Rouge, le retour

On ne va pas se le cacher, la révélation de l'identité de John le Rouge et sa mort ont été parfaitement... loupées. Non seulement le personnage choisi ne collait absolument pas à l'idée que l'on pouvait se faire de l'un des rares points positifs et passionnants de la série, et surtout, on n'a même pas réussi à savourer son élimination. 
Résultat, ce final va donc logiquement nous apprendre que la seule raison expliquant cette déception, c'est que le vrai tueur en série court toujours et qu'il n'a pas encore terminé de faire souffrir Jane. Comment ? En s'en prenant cette fois-ci à Lisbon. Ainsi, la série se terminera avec une Teresa décédée dans les bras de Patrick, lançant une nouvelle chasse à l'homme entre les deux antagonistes. De quoi magnifiquement boucler la boucle, nous rappeler que l'un ne peut exister sans l'autre et que Jane est voué à souffrir indéfiniment. Ah et bien évidemment, l'identité de Red John ne sera pas révélée, afin de jouer une nouvelle fois avec nos nerfs, comme au début.

Théorie n°3 : Le secret de Jane

"Et si Patrick Jane était John le Rouge ?" Que celui qui ne s'est jamais posé cette question en regardant la série sort immédiatement de ce site. Bonne nouvelle, le final en profitera pour enfin y répondre et nous confirmer que oui, le personnage de Simon Baker est réellement le tueur en série. Peu importe la raison, que ce soit parce qu'il possède une double personnalité sans le savoir ou parce qu'il est un malade mental ultra sadique, l'intérêt de cette révélation sera de découvrir comment celle-ci sera amenée. Lisbon va-t-elle découvrir la vérité et l'arrêter ? Jane va-t-il s'amuser à torturer et tuer Lisbon ? Les scénaristes vont-ils nous offrir un plan final nous permettant d'assister à l'autre vie inconnue du Mentalist, quand les caméras sont censée être ailleurs, faisant ainsi monter une dernière fois la tension ? 
Dans tous les cas, qu'importe l'option choisie, les auteurs ne pourront que partir avec les honneurs. 1) Pour avoir ENFIN osé prendre un petit risque, même si tard. 2) Pour avoir permis à la série de revivre quelques instants, après avoir été maltraitée durant plusieurs années. 3) Pour avoir relancer la mythologie du show. 
Reste évidemment à espérer que les scénaristes n'oublieront pas d'apporter au passage les éléments nous permettant d'accepter et de comprendre cette révélation, au risque de faire un plus gros bide que la première vérité sur John le Rouge.

Théorie n°4 : Le rêve de trop

Vous aimez quitter une série en colère et dégoûté d'avoir perdu tant d'années de votre vie devant ? Alors cette théorie est faite pour vous. Tandis que ce final nous permettra de découvrir un Jane de nouveau heureux en couple, puis attristé en constatant que son nemesis n'était pas celui qu'il pensait être, faisant dès lors comme victime collatérale une pauvre Lisbon sans défense, on assistera finalement dans les dernières minutes au twist le plus interdit du monde des scénaristes, le : "Et non, on vous a bien eu, tout ceci n'était qu'un rêve". Oui, les ultimes secondes de l'épisode nous permettront ainsi de retrouver Jane au poste de police, quelques instants avant de participer à sa toute première enquête avec Lisbon. Traduction ? Toute la série n'était en fait qu'une vilaine imagination du Mentalist, qui aura pour conséquence de le faire changer d'avis et de le voir tourner le dos à ce poste de consultant. La raison ? La peur d'oublier sa famille et de revivre un tel drame en risquant de mettre la vie de personnes innocentes en danger par sa faute. Si avec ça vous n'avez pas envie de casser votre télé...

Mais aussi...

Théorie n°5 : Les scénaristes avouent que Mentalist était un remake non assumé de Bones / Théorie n°6 : On réalise que Jane et Lisbon sont en fait des personnages de Castle, imaginés suite à sa propre expérience de consultant / Théorie n°7 : Cho découvre la recette magique pour apprendre à sourire et placer plus de 3 mots dans une phrase / Théorie n°8 : Jane avoue que ses costumes sont achetés à la Halle aux vêtements, ce qui déçoit fortement Lisbon qui décide de le quitter, vexée de sortir avec un "faux classe" / Théorie n°9 : Patrick et Teresa décident de changer de prénoms, réalisant qu'ils sont quand même vachement nuls

Chefs saison 1 : une série déstabilisante et fascinante (Critique)


Alors que TF1 et M6 rivalisent d'imagination pour nous offrir des émissions de cuisine à la chaîne, c'est ce mercredi 11 février que France 2 dévoilera les premiers épisodes de la saison 1 de Chefs, une série culinaire aussi surprenante que bluffante, portée par Clovis Cornillac. Critique.

C'est avec autant d’appréhension que d’excitation que j'ai débuté Chefs (les 2 premiers épisodes), la nouvelle série de France 2. "Excitation", car pour une fois on nous promettait - sur le papier, autre chose qu'une énième série policière, judiciaire et hospitalière, le tout sur une chaîne française. "Appréhension", car le monde de la cuisine m'étant inconnu, je n'arrivais pas à imaginer ce qu'un show sur l'univers de la gastronomie pouvait bien avoir d'intéressant à raconter. Je ne vais pas vous le cacher, je suis plus le genre de personne à fantasmer sur une galette bretonne ou un gros burger/frites, que sur un oeuf à la coque aux légumes, accompagné de tartines à la truffe, le tout dans une assiette plus décorée que pleine.

Pourtant, alors que les minutes du premier épisode défilaient, c'est bien le doute qui s'envolait, laissant place à un plaisir immense. Cette création signée Arnaud Malherbe et Marion Festraëts se permet en effet de prendre le meilleur des recettes existant ailleurs, pour mieux l'incorporer dans un univers aussi mystérieux que fascinant. Aussi incroyable que cela puisse paraître, derrière les portes d'un restaurant se cache autant d'intérêts, de problèmes et de promesses, que derrière celles d'un commissariat ou d'un hôpital.

Une série déstabilisante, mais fascinante

Christophe Charzat (CALT)
Et c'est là le véritable point fort de Chefs, elle nous offre une plongée naturelle dans un monde finalement secret pour une bonne partie du public. Traduction ? Un cuisinier peut également avoir des problèmes familiaux empiétant sur son travail et sa santé. Une cuisine et un restaurant peuvent également être sujets aux tensions et jalousies. Et surtout, une cuisine et un restaurant peuvent également être au centre de moments magiques, qu'ils soient visuels ou narratifs. Alors oui, cela peut être déstabilisant de voir des personnages être aussi sérieux lorsqu'ils parlent de cuisine, et de voir un Chefs imaginant un plat, agir de la même façon qu'un Commissaire imaginant le plan d'une attaque pour contrer des criminels, mais c'est une déstabilisation positive. Chefs nous rappelle que tous les univers se ressemblent, en étant pourtant différents à leurs façons. Ainsi, là où l'on adore voir des médecins confrontés à un cas médical rare et tragique, il est quasiment jouissif de ressentir une telle émotion en retrouvant des cuisiniers imaginant le repas idéal, qui pourrait tout changer pour leur avenir et celui du restaurant. Là où l'on frissonne de plaisir en découvrant un flic bien sous tout rapport, avoir un passé aussi trouble que ses relations, il est plaisant et rafraîchissant de réaliser que la cuisine peut également avoir ses secrets et magouilles.

Mais la ressemblance entre ces univers et son traitement personnel, ne sont pas les seuls intérêts de Chefs. En plus d'être portée par un héros aussi antipathique que charismatique et de voir son ambiance alterner avec brio la légèreté et la noirceur, il est agréable de voir que la série ne se pose pas de limite dans sa crédibilité. Attention, je ne dis pas que Chefs sonne faux et n'a rien de sincère, mais elle s'autorise - avec réussite - quelques petites séquences surprenantes et magnifiques, comme lorsque l'on suit Romain en cuisine, aidé par la présence imaginaire de sa mère, ou lorsque l'on aperçoit l'effet et l'émotion que certains plats provoquent à une personne. Ces scènes dévoilent visuellement la magie entourant cet univers si particulier et apportent à la série une succulente dose de beauté et de surprise.

A deux doigts de l'indigestion ?

Christophe Charzat (CALT)
Toutefois, si Chefs possède de nombreuses qualités, cela ne l'empêche pas d'avoir ses petits défauts. Et parmi les plus dérangeants, on retrouve étonnamment... son univers. S'il est agréable de découvrir l'envers du décor d'un restaurant et de constater qu'il n'est pas aussi idyllique que ce que l'on peut penser, on ne peut cependant s'empêcher de bloquer sur le trop-plein d'histoires/problèmes réservés par les scénaristes. En effet, si le nombre improbable de catastrophes frappant des policiers, avocats ou médecins peut être accepté de part leurs différents postes, il est assez difficile d'avaler d'un seul coup tous les problèmes entourant les personnages de Chefs. Car oui, voir un Chef menacé par un brigand (plutôt cliché) à cause de nourritures achetées sur le marché noir, voir un héros aux talents insoupçonnés faire face à un passé instable pouvant lui retomber dessus à tout moment, voir un faux gentil n'être qu'un pervers/manipulateur, menant son propre gang dans les cuisines, ou encore, voir une cuisinière prometteuse avoir des problèmes familiaux tellement dingues qu'elle est obligée de faire des choix encore plus fous, alourdissent considérablement la série et lui font perdre une partie de son identité, appuyant trop sur les ressemblances/parallèles avec les cop-shows & cie.

Si ce sentiment peut logiquement s'expliquer par le fait que le monde de la cuisine nous est inconnu et inhabituel, ce qui nous fait perdre certains repères, il est tout de même regrettable que tous ces problèmes soient lancés en même temps. Peut-être qu'il aurait été préférable d'installer les personnages et la série plus longtemps, avant de dévoiler progressivement certaines intrigues et problématiques. Je me doute qu'en 6 épisodes ce n'était pas la chose la plus évidente à mettre en place, mais cela aurait permis à la série de garder cette image de sincérité, et non plus de simple fiction aux possibles grosses ficelles.

Chefs, une réussite 3 étoiles

Christophe Charzat (CALT)
Quoi qu'il en soit, malgré ses quelques défauts, Chefs reste une véritable réussite. Si tout n'est pas parfait, la faute à une saison bien trop courte obligeant les scénaristes à aller très vite, cette série apporte un véritable bol d'air frais à notre télévision. Nouvel univers, nouvelles histoires, nouveaux acteurs... Chefs est une série au potentiel incroyable. Et si l'esthétique des plats n'est pas aussi affolante que celle d'Hannibal, la série se réserve tout de même une réalisation dynamique et une photographie envoûtante.

Découvrez les deux premiers épisodes de Chefs ci-dessous



Preview : Chefs Èpisode 1
Preview : Chefs Èpisode 2

Crédit photos : Christophe Charzat (CALT)

Scènes de Ménages : 4 couples que l'on ne verra probablement jamais dans la série


Vous trouvez que les blagues commencent à tourner en rond dans Scènes de Ménages ? Bonne nouvelle, les scénaristes s'apprêtent à accueillir un nouveau couple lors de la saison 7. Toutefois, contrairement à ce que l'on pouvait penser, ce n'est pas un couple homosexuel qui fera son apparition, mais un nouveau couple hétéro surprenant, à la manière de Jay et Gloria Pritchett de Modern Family. Comme l'a dévoilé Mathieu Laurentin, le producteur exécutif de la série, à 20 minutes : "Il s'agit d'une femme jeune avec un homme qui a déjà eu une autre vie avant. Il a une ex-femme et des enfants". De quoi nous promettre quelques situations et répliques savoureuses sur la différence d'âge, mais également nous décevoir sur le manque de prise de risque perpétuel de la part des auteurs. Car oui, il y a bien plus original et fun à écrire comme couple.

Un(e) célibataire à chats

Les propriétaires d'animaux ne le savent que trop bien, il en faut peu pour que l'on se mette à leur parler et raconter n'importe quoi, tout comme à leur reprocher des choses futiles et à les ridiculiser le temps d'une photo ou vidéo. Et quand on sait que les chats finiront par dominer le monde, commencer à les mettre en avant à la télé pourrait bien nous aider à ne pas trop souffrir durant leur règne. Pas sûr que ce duo soit le moins répétitif et le plus drôle, mais si notre survie est en jeu, pourquoi se priver ?

Un couple... de prisonniers

Un décor original, un duo/couple improbable, des situations inédites... un tel choix ne pourrait qu'être bénéfique au show. Là où les piques/blagues de Raymond et Huguette deviennent aussi lourdes que lassantes, un tel duo apporterait à coup sûr un décalage rafraîchissant et délirant. Oui, voir les personnages s'engueuler à cause d'un tatouage raté, d'un deal mal négocié ou d'un passage au parloir bien trop long, devenant donc suspect, cela fait nettement plus rêver que le couple Emma et Fabien qui peine à s'imposer depuis son arrivée. Et le point positif, c'est que l'on pourrait même avoir le droit à des fils rouges durant l'année (possibilité de sortie en conditionnelle, un méchant trop méchant faisant la loi dans la prison...)

La guerre des boutons

On est tous passé par là, les histoires à l'adolescence sont certainement nos plus drôles, mais également nos plus honteuses et importantes. Ainsi, sans tomber trop facilement dans le cliché, avoir un couple de jeunes ados - plus matures que la moyenne, mais tout aussi maladroits - pourrait apporter une certaine fraîcheur aux blagues et situations. Les voir faire des plans sur le futur, parler des premières fois, s'angoisser en pensant aux parents, tout en parlant de sujets sensibles (protection, harcèlement, avortement...) apporterait un plus non négligeable. Et si les scénaristes veulent pousser la carte de l'originalité encore plus loin, ces deux adolescents pourraient également vivre un amour à distance à travers des relations par skype/téléphone et quelques retrouvailles durant les vacances...

Le super-couple

Comme on peut actuellement le découvrir à la télé, que ce soit avec Arrow / Flash / Gotham ou encore Hero Corp, la mode du moment dans les séries est aux super-héros. Ainsi, pourquoi ne pas s'intéresser à eux et à leur vie de couple ? Non seulement leurs super-pouvoirs pourraient régulièrement servir de ressort comique (vision X leur permettant d'espionner tranquillement le voisinage / réduction de la taille ou invisibilité pour échapper à une dispute), mais surtout, le décalage entre leur vie normale le jour et leur vie héroïque la nuit donnerait naissance à des scènes décalées. Que ce soit en les voyant éviter de justesse de dévoiler leurs identités, utiliser leurs pouvoirs pour se venger de leurs patrons, critiquer d'autres super-héros dans leur dos ou encore s'inquiéter de la rupture de stock de leur magasin de collants préférés, les idées sont infinies pour notre plus grand bonheur.

Arrow : quand Diggle rencontre Harley Quinn (Batman) dans une scène coupée


Il en faut peu pour me rendre heureux et Arrow vient une nouvelle fois de le prouver. Alors que la série nous offre régulièrement quelques caméos et clin d'oeil à l'univers de DC Comics, je suis récemment tombé sur une scène coupée plutôt cool, appartenant à la saison 2.

Harley Quinn se dévoile

En effet, si on pouvait entendre le rire d'Harley Quinn - la copine du Joker dans Batman - lors de l'épisode 16, durant l'évasion de la Suicide Squad organisée par Diggle, la série nous a surtout caché une scène légèrement plus importante.

Ainsi, comme vous pouvez le découvrir ci-dessous, la jeune femme ne s'est pas contentée de rire, cette dernière ayant au contraire supplié (à sa façon) le pote d'Oliver Queen de la libérer. De quoi nous offrir une séquence (courte) vraiment fun et nous laisser espérer une véritable apparition dans le futur. Car on ne va pas se le cacher, Harley Quinn en méchante, c'est nettement plus excitant et badass qu'un vulgaire Captain Boomerang... On croise les doigts.


Pour l'anecdote, voici à quoi ressemble le personnage / l'actrice de face.

 

Retrouvez la chronique sur

youtubedailymotionwat

Les partenaires